Chronique littéraire : Ready Player One

Ready Player One

L’adaptation de Ready Player One sortira en mars prochain. Si vous n’avez pas encore vu la bande-annonce, regardez-la! Ça a l’air prometteur et rempli d’action, mais qu’en est-il de l’œuvre de base? J’ai reçu Ready Player One peu après sa parution en 2011 et, quand j’ai appris qu’un film était prévu, je l’ai relu pour me rafraîchir la mémoire.


C’est quoi Ready Player One?

Ready Player One, c’est l’histoire de Wade, un jeune vivant dans les « piles », des empilages de roulottes créés pour maximiser l’espace dans ce monde post-apocalyptique. Les ressources sont rares et les emplois sont difficiles à trouver, mais notre héros et le reste de la civilisation bénéficie d’un accès facile à l’OASIS, univers virtuel en ligne qui est bien plus intéressant que ce qui reste du monde réel. L’existence de Wade est bouleversée le jour de la mort du créateur de l’OASIS, où s’enclenche alors une chasse à l’œuf de Pâques qui rendra riche celui ou celle qui le trouvera.

Malgré quelques longueurs, le livre est bien divertissant. L’oeuvre s’adresse avant tout à un public ayant une connaissance accrue des années ’80, bien que ce détail sera peut-être changé dans le film pour rallier plus de jeunes spectateurs. En effet, les « chassoeufs », qui sont à la recherche de l’œuf de Pâques, font face à des énigmes et à des références aux jeux vidéos, pièces musicales ou films de cette décennie. Je dois avouer que je ne connaissais pas beaucoup de ces références, donc je n’ai pas pu prendre part à la chasse en même temps que les personnages, mais il est aisé et intéressant de suivre Wade dans sa quête. Le côté réalité virtuelle est également intrigant, puisqu’on parle de gants et de combinaisons « haptiques » reproduisant les sensations qu’un joueur peut ressentir dans un environnement virtuel.


La dépendance virtuelle

Le monde et les communautés virtuelles créés par l’auteur Ernest Cline sont très crédibles et détaillés. Chaque utilisateur peut se cacher derrière un avatar plus ou moins ressemblant, mais le livre nous confirme que la personnalité prime. Bien que le thème de la dépendance soit abordé, ce monde virtuel dans lequel évoluent les personnages pendant la majeure partie du récit est amené de façon positive. Le traitement est rafraîchissant et s’éloigne des clichés : l’entité virtuelle est présentée comme un endroit de liberté plutôt que de perdition pour l’humanité.

En conclusion, je vous le recommande pour des péripéties enlevantes et des réflexions poussées sur une technologie qui sera bientôt à nos portes. Il reste à voir si le film sera fidèle à l’œuvre original (ce dont je doute, puisque cette course présente dans la bande-annonce n’a jamais eu lieu dans le livre), mais avec M. Spielberg, on peut s’attendre à quelques étincelles!


En savoir davantage sur Ready Player One

Nous sommes en 2044, et la Terre n’est pas belle à voir. Les ressources manquent et les conditions climatiques sont catastrophiques. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade Watts passe son temps dans l’Oasis, un monde virtuel où chacun peut faire et être tout ce qui lui chante. James Halliday, le créateur de l’Oasis, est mort quelques années auparavant sans laisser de successeur. Pour décider du sort de sa fortune, il a créé une véritable chasse au trésor qui guidera les plus rusés vers l’énigme finale.

Date de publication originale : 16 août 2011
Auteur : Ernest Cline
Nombre de pages : 385
Éditeur : Random House
Prix : 25$ CDN

Commentaires

About Ariane Brisson

Ariane découvrit son premier manga, Marmelade Boy, dans la cour d'école primaire. La deuxième série qu'elle dévora, de style légèrement différent, fut Dragon Ball, dont elle emprunta tous les tomes à son cousin (merci Ben!). Bercée par de nombreuses séries (À la croisée des mondes, Harry Potter, Pokémon, DUGPDCV, Radio-Enfer, Sakura Chasseuse de cartes, Mégabogues, Redwall et mille autres), elle se lance dans des aventures écrites qui resteront dans son tiroir et des études littéraires (une maîtrise à l'UQÀM) qu'elle finira d'ici quelques semaines si elle arrête de procrastiner. Dans ses temps libres, elle passe beaucoup trop de temps sur Simbi et s'amuse aussi à produire un magazine nommé Costumade Québec Cosplay.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *