Critique du jeu Metroid: Samus Returns, sur Nintendo 3DS

Metroid: Samus Returns

Le premier jeu mettant en vedette la chasseuse de prime intergalactique Samus Aran depuis 2010. Cette réimagination de Metroid II : Return of Samus vaut-elle l’attente? Depuis quelques années, la série culte Metroid semblait avoir été mise à l’écart, mais au dernier E3, au grand plaisir des amateurs de cette série, Nintendo a annoncé deux nouvelles entrées dans cette franchise, en commençant par celle-ci.


FICHE TECHNIQUE

  • Développeur : MercuryStream, Nintendo EPD
  • Plateforme : Nintendo 3DS
  • Nombre de joueurs : 1
  • Type de jeu : Action-aventure
  • Prix de base : 49,99 $CAN

Scénario

Après avoir détruit l’opération de Mother Brain et ses pirates de l’espace sur la planète Zebes (et avoir passé au travers de la série Prime et des petits bouts de Federation Force où elle apparaît), Samus Aran, chasseuse de prime intergalactique et un des premiers exemples d’héroïne de jeux vidéo, reçoit un autre appel au secours, cette fois-ci sur la planète SR388, où des membres de la fédération ont été attaqués par une présence métroïde récemment découverte. Ne perdant pas de temps, Samus se rend sur la planète et va devoir se frayer un chemin à travers des marécages, grottes et autres souterrains afin d’exterminer une fois pour toutes la menace métroïde.

Autant que la série de films Alien semble avoir été une inspiration de certains des thèmes du jeu (horreur spatiale, héroïne principale, hiérarchie maternelle des créatures principales), autant cette suite directe à l’originale invoque directement la première suite de la série de films, Aliens. Les métroïdes sont beaucoup plus nombreux, les armes sont plus puissantes et les enjeux semblent plus intenses.

 


Jouabilité

La prémisse est classique avec quelques tournures intéressantes, mais qu’en est-il du jeu lui-même? Est-ce que l’équipe de MercuryStream, ayant précédemment conçu les derniers jeux de la série Castlevania, Lord of Shadow et sa suite inférieure, est à la hauteur de non seulement réinventer une aventure classique, mais aussi d’apporter du nouveau? La réponse est, fort heureusement, un oui tonitruant.

Le jeu se joue à merveille, les contrôles peaufinés et l’exploration de SR388 évoquant tous mes meilleurs souvenirs de Super Metroid et dans quelques endroits les surpassant. Plusieurs nouvelles mécaniques de jeu sont introduites, dont une attaque physique qui rend les combats plus dynamiques et donne une agence supplémentaire au joueur. Samus découvre aussi une nouvelle panoplie de pouvoirs, à base d’un carburant mystérieux, appelé « Aeion ».

 

Un champ de force protecteur, une modification au Beam Cannon qui le transforme en gattling gun et un concept qui m’avait un peu apeuré au début, mais qui s’avère être utile, voire nécessaire au jeu : une sonde qui expose une partie de la topographie autour de Samus. Ce dernier peut sembler trop facilement exploitable, mais en fait ne fait qu’aider la navigation, Samus devant elle-même parcourir le trajet.

Parlant de mappemonde, une des plus grandes lacunes de l’original Metroid II: Return of Samus sur Game Boy était l’absence de toute forme d’assistance à la navigation, qui n’est apparue dans la série qu’à partir de Super Metroid au Super Nintendo. Il était facile de se perdre et si l’on osait reprendre une partie après une longue absence, c’était incroyablement difficile de savoir où on était rendu dans le jeu, hormis le compteur de métroïde. D’avoir l’écran du bas de la 3DS constamment occupée par la carte rend l’expérience plus concise, évoquant la série Prime, ou une mini-map était constamment en vue. L’exploration est maintenant moins une corvée et le tout est complété par une mécanique moderne de voyages rapides entre des stations spécifiques, ce qui rend le backtracking aussi excitant que le reste de l’aventure.


Graphismes et ambiance

Il y a une notion qui m’énerve un peu, comme quoi seul le gameplay compte et les graphiques sont peu importants. Je me sens comme la petite fille de Old El Paso et je demande : « Pourquoi pas les deux? ». Dans certaines des annonces publicitaires du jeu, les mêmes niveaux de laves et de grottes aux murs bruns étaient mis de l’avant et j’étais aussi appréhensif que les décors ne soient que teintes de bruns. Encore une fois, MercuryStream a assuré de ce côté. Les graphiques sont hauts en couleurs, les effets visuels, les ennemis, les mouvements de Samus, tout y est et tout est très beau.

La seule chose qui me rebute un peu, et c’est très personnel, est que ce jeu aurait été mieux servi sur la Nintendo Switch, au lieu de la 3DS, d’un point de vue technique. D’un point de vue du marché et de la base d’installation (beaucoup moins de gens ont une Switch qu’une 3DS au moment présent), ça a beaucoup de sens, quoique la console et ses limitations graphiques deviennent de plus en plus apparentes au fil du temps. Cela étant dit, avec ces limitations, qui relèvent surtout de mon opinion personnelle, le jeu est très beau est tout est 100 % Metroid.

Pour ce qui est de préserver les particularités de la franchise, le jeu comprend tous les accessoires, ennemis et thèmes musicaux de l’original, de manière complètement revampée et remastérisée, bien sûr, ainsi que plusieurs ajouts de plus tard dans la série. C’est très satisfaisant de manier de l’équipement du jeu original comme le Varia Suit et la Morph Ball et de rajouter à ça, par exemple, le Grappling Beam ou la mappemonde dont j’avais parlé plus haut.

Les ennemis sont menaçants et au début, surtout pour les vétérans de la série, le rythme des combats peut rebuter un peu dès que les attaques physiques sont introduites, mais le tout s’apprend rapidement, ce qui donne vraiment un sentiment d’être une guerrière de l’espace expérimentée aux prises d’une situation dangereuse et compliquée, mais pas impossible.

La musique et l’ambiance, composées par Daisuke Matsuoka et supervisées par Kenji Yamamoto, cocompositeur de la trame sonore de Super Metroid, ne sont pas que fonctionnelles : elles font partie intégrale du monde, qui paraît plus vivant que jamais grâce aux fonctions 3D de la 3DS. Dans mon opinion, beaucoup de jeux l’appliquent juste parce que, mais ce jeu en fait bon usage et les résultats offrent une expérience particulière.


Conclusion

La série Metroid vous passionne? Procurez-vous ce jeu! Elle vous intrigue? Procurez-vous ce jeu! Vous n’avez aucune idée ce qu’est Metroid? Procurez-vous ce jeu! Pas de 3DS? Procurez-vous une 3DS et procurez-vous ce jeu! Il y a même une 3DS édition spéciale qui comprend une copie du jeu. Et elle est rouge.

Petite vente à pression à part, Metroid: Samus Returns est un véritable retour de force d’une série dont je m’étais beaucoup ennuyée. Ce jeu vaut-il l’attente? Oui, je crois que oui. Si seulement pour éviter des entrées principales lacunières et spin-off après spin-off terrible pour à la place avoir un opus concis, clair et net, oui,  je crois que ça a valu l’attente. Heureusement, la prochaine aventure de Samus est à l’horizon, avec Metroid Prime 4 d’annoncé pour la Nintendo Switch dans un futur proche. Le jeu se situe avec Metroid: Zero Mission dans la catégorie des bons remakes de jeux classiques qui, hormis la nostalgie et l’innovation de l’époque, éclipsent leurs prédécesseurs à tous les niveaux. À quand une réimagination de Super Metroid?

N'oubliez pas d'aller à la chasse aux amiibo pour débloquer des modes de jeu supplémentaires!

Remerciements à Nintendo of Canada pour la copie digitale du jeu.

Le premier jeu mettant en vedette la chasseuse de prime intergalactique Samus Aran depuis 2010. Cette réimagination de Metroid II : Return of Samus vaut-elle l'attente? Depuis quelques années, la série culte Metroid semblait avoir été mise à l'écart, mais au dernier E3, au grand plaisir des amateurs de cette série, Nintendo a annoncé deux nouvelles entrées dans cette franchise, en commençant par celle-ci. FICHE TECHNIQUE Développeur : MercuryStream, Nintendo EPD Plateforme : Nintendo 3DS Nombre de joueurs : 1 Type de jeu : Action-aventure Prix de base : 49,99 $CAN https://www.youtube.com/watch?v=UhOx-FpEAQk Scénario Après avoir détruit l'opération de Mother Brain et ses pirates de l'espace sur la planète Zebes (et avoir passé au travers de la série Prime et des petits bouts de Federation Force où elle apparaît), Samus Aran, chasseuse de prime intergalactique et un des premiers exemples d'héroïne de jeux vidéo, reçoit un autre appel au secours, cette fois-ci sur la planète SR388, où des membres de la fédération ont été attaqués par une présence métroïde récemment découverte. Ne perdant pas de temps, Samus se rend sur la planète et va devoir se frayer un chemin à travers des marécages, grottes et autres souterrains afin d'exterminer une fois pour toutes la menace métroïde. Autant que la série de films Alien semble avoir été une inspiration de certains des thèmes du jeu (horreur spatiale, héroïne principale, hiérarchie maternelle des créatures principales), autant cette suite directe à l'originale invoque directement la première suite de la série de films, Aliens. Les métroïdes sont beaucoup plus nombreux, les armes sont plus puissantes et les enjeux semblent plus intenses.   Jouabilité La prémisse est classique avec quelques tournures intéressantes, mais qu'en est-il du jeu lui-même? Est-ce que l'équipe de MercuryStream, ayant précédemment conçu les derniers jeux de la série Castlevania, Lord of Shadow et sa suite inférieure, est à la hauteur de non seulement réinventer une aventure classique, mais aussi d'apporter du nouveau? La réponse est, fort heureusement, un oui tonitruant. Le jeu se joue à merveille, les contrôles peaufinés et l'exploration de SR388 évoquant tous mes meilleurs souvenirs de Super Metroid et dans quelques endroits les surpassant. Plusieurs nouvelles mécaniques de jeu sont introduites, dont une attaque physique qui rend les combats plus dynamiques et donne une agence supplémentaire au joueur. Samus découvre aussi une nouvelle panoplie de pouvoirs, à base d'un carburant mystérieux, appelé « Aeion ».   Un champ de force protecteur, une modification au Beam Cannon qui le transforme en gattling gun et un concept qui m'avait un peu apeuré au début, mais qui s'avère être utile, voire nécessaire au jeu : une sonde qui expose une partie de la topographie autour de Samus. Ce dernier peut sembler trop facilement exploitable, mais en fait ne fait qu'aider la navigation, Samus devant elle-même parcourir le trajet. Parlant de mappemonde, une des plus grandes lacunes de l'original Metroid II: Return of Samus sur Game Boy était l'absence de toute forme d'assistance à la navigation, qui n'est apparue dans la série qu'à partir de Super Metroid au Super…

Évaluation Finale

Histoire et univers - 8
Personnages - 8
Contrôles - 8.5
Intelligence artificielle - 7
Graphismes - 8.5
Son et musique - 9
Stabilité - 10
Plaisir - 9
Innovation - 7
Difficulté - 8.5

8.4

Excellent!

Samus est bel et bien de retour dans cette réinvention de Metroid II qui, non seulement améliore tout de l'original, mais réussit à moderniser la série culte. Je le conseille vivement à tous les amateurs de la franchise, ainsi qu'aux non-initiés qui arriveront à découvrir l'un des plus grandes franchises de Nintendo.

User Rating: Be the first one !
8
Jérôme Cloutier

About Jérôme Cloutier

Cinéaste de genre indépendant, Jérôme est passionné de films, de jeux vidéos, de comics et de musique des années 80, ainsi que de se présenter à la troisième personne. On va avoir ben du fun ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *