Critique – Manilla, prenez votre place au cœur du marché noir et de ses pirates

Marché noir, voyages périlleux, enchères et pirates! Un jeu simple, vraiment réussi.

FICHE TECHNIQUE

  • Type de produit : jeu de plateau, familial
  • Éditeur : Zoch (2005)
  • Auteurs : Franz-Benno Delonge
  • Illustrateur : Victor Boden
  • Durée d’une partie : 60 minutes
  • Nombre de joueurs : 2 à 5
  • Âge recommandé : 10 ans et plus
  • Langue du produit : français
  • Prix : 50 $

 

ManilaCover

C’est quoi?

Avec son gentil décor et ses petits radeaux, Manilla ressemble à un simple jeu de transport compétitif. Ce qui ne serait pas mauvais, car son système de déplacement est intéressant et rapide. Là où tout le génie du jeu est révélé, c’est lorsqu’on comprend que ce jeu est autant un jeu de hasard que le poker, donc très peu. Vous devez contrôler les risques, miser plus que les autres au bon moment, savoir être opportuniste et développer votre stratégie tout en vous adaptant à celle des autres. Oui, il y a des dés, mais Manilla ressemble plus à la Bourse qu’à un jeu de hasard.

 

Comment ça marche?

Au départ, les joueurs ont 2 cartes ressources, distribuées au hasard, et 30 pièces. Le tour commence par une enchère pour déterminer le capitaine du port. Celui-ci peut maintenant, s’il le veut, et il devrait, acheter l’une des cartes ressources restantes. Ensuite, il choisit 3 des 4 ressources qui seront chargées sur les radeaux pour ce tour. Finalement, il place les 3 radeaux sur la ligne de départ de son choix, entre 0 et 5 et les 3 chiffres doivent totaliser 9. C’est maintenant le temps pour les joueurs, en commençant par le capitaine du port, de placer l’un de leurs pions sur un endroit qui mise directement ou indirectement sur le succès ou sur l’échec de l’un ou des radeaux. Ils peuvent aussi chercher à nuire ou à aider le chemin de l’un des radeaux et il y a toujours les pirates qui peuvent être très payants, mais à plus haut risque. Les joueurs placent un de leurs pions puis on jette les dés pour voir la progression des trois radeaux. On place un autre pion et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils soient tous placés et que les radeaux arrivent, ou non, à destination. Puis on ramasse les gains. Le système d’emprunt avec intérêts permet des stratégies et des erreurs intéressantes. La partie se termine quand la valeur de l’une des ressources au marché noir a atteint son maximum.

 

Le matériel

Il y a un plateau simple et riche, des accessoires pertinents et pratiques, des cartes ressources, des pièces de monnaie et des pions pour les joueurs. Tout est simple, clair et de bonne qualité.

ManilaMateriel

 

Conclusion

Bien plus qu’un  jeu de trivia, c’est un jeu très éducatif, accessible et amusant. Il est tout adapté pour comprendre les rudiments de l’économie, des risques calculés et des paris. Manilla est aussi difficile que le niveau de ruse de vos adversaires. C’est amusant pour les jeunes et passionnant pour les adultes qui apprécient les jeux de paris et de gestion.

On aime:

  • Une mise en scène dynamique pour une course à plusieurs niveaux;
  • Très accessible pour les joueurs de tous les niveaux;
  • Éducatif pour les jeunes;
  • Traduit en plusieurs langues;
  • Plusieurs stratégies gagnantes qu’on doit constamment adapter à celles de ses adversaires;
  • Des tours rapides et simples;
  • Des règles claires et faciles à comprendre.

On aime moins:

  • Le prix;
  • Un assemblage requis;
  • Le gain de la mise en enchère du départ trop important par rapport à ceux des autres étapes;
  • Des dés trop chanceux ou malchanceux peuvent réduire le plaisir des stratégies;
  • Il y a quelques erreurs de traductions dans les règles, attention si vous vous fiez aux règles françaises sans consulter la version anglaise;
  • Le jeu peut être un peu long si les dés sont trop faibles pour fréquemment amener les bateaux aux ports.

 

Merci à Jouets Franc Kids de nous avoir fourni un exemplaire du jeu.

Marché noir, voyages périlleux, enchères et pirates! Un jeu simple, vraiment réussi. FICHE TECHNIQUE Type de produit : jeu de plateau, familial Éditeur : Zoch (2005) Auteurs : Franz-Benno Delonge Illustrateur : Victor Boden Durée d’une partie : 60 minutes Nombre de joueurs : 2 à 5 Âge recommandé : 10 ans et plus Langue du produit : français Prix : 50 $   C’est quoi? Avec son gentil décor et ses petits radeaux, Manilla ressemble à un simple jeu de transport compétitif. Ce qui ne serait pas mauvais, car son système de déplacement est intéressant et rapide. Là où tout le génie du jeu est révélé, c’est lorsqu’on comprend que ce jeu est autant un jeu de hasard que le poker, donc très peu. Vous devez contrôler les risques, miser plus que les autres au bon moment, savoir être opportuniste et développer votre stratégie tout en vous adaptant à celle des autres. Oui, il y a des dés, mais Manilla ressemble plus à la Bourse qu’à un jeu de hasard.   Comment ça marche? Au départ, les joueurs ont 2 cartes ressources, distribuées au hasard, et 30 pièces. Le tour commence par une enchère pour déterminer le capitaine du port. Celui-ci peut maintenant, s’il le veut, et il devrait, acheter l’une des cartes ressources restantes. Ensuite, il choisit 3 des 4 ressources qui seront chargées sur les radeaux pour ce tour. Finalement, il place les 3 radeaux sur la ligne de départ de son choix, entre 0 et 5 et les 3 chiffres doivent totaliser 9. C’est maintenant le temps pour les joueurs, en commençant par le capitaine du port, de placer l’un de leurs pions sur un endroit qui mise directement ou indirectement sur le succès ou sur l’échec de l’un ou des radeaux. Ils peuvent aussi chercher à nuire ou à aider le chemin de l’un des radeaux et il y a toujours les pirates qui peuvent être très payants, mais à plus haut risque. Les joueurs placent un de leurs pions puis on jette les dés pour voir la progression des trois radeaux. On place un autre pion et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils soient tous placés et que les radeaux arrivent, ou non, à destination. Puis on ramasse les gains. Le système d’emprunt avec intérêts permet des stratégies et des erreurs intéressantes. La partie se termine quand la valeur de l’une des ressources au marché noir a atteint son maximum.   Le matériel Il y a un plateau simple et riche, des accessoires pertinents et pratiques, des cartes ressources, des pièces de monnaie et des pions pour les joueurs. Tout est simple, clair et de bonne qualité.   Conclusion Bien plus qu'un  jeu de trivia, c’est un jeu très éducatif, accessible et amusant. Il est tout adapté pour comprendre les rudiments de l’économie, des risques calculés et des paris. Manilla est aussi difficile que le niveau de ruse de vos adversaires. C’est amusant pour les jeunes et passionnant pour les adultes qui apprécient les jeux de paris et de gestion. On aime: Une mise en scène…

Évaluation finale

Facilité d'apprentissage - 9.5
Rejouabilité - 9
Qualité du matériel - 8
Qualité artistique - 8.5
Stratégie - 9
Thématique - 9
Plaisir - 9
Prix - 6

8.5

Wow

Bien plus que des jeux de trivia, c’est un jeu très éducatif, accessible et amusant. Il est tout adapté pour comprendre les rudiments de l’économie, des risques calculés et des paris. Manilla est aussi difficile que le niveau de ruse de vos adversaires. C’est amusant pour les jeunes et passionnant pour les adultes qui apprécient les jeux de paris et de gestion.

User Rating: Be the first one !
9

Commentaires

Matthieu Tremblay

About Matthieu Tremblay

Je suis un massothérapeute zen le jour et un joueur sauvage de nuit. J’ai commencé les jeux de rôles à 11 ans, les jeux vidéo à 4 ans et les jeux de société à 3 ans. C’est là que j’ai développé mes aptitudes sociales et je me vois encore dans les donjons à 80 ans. Une belle fin se semaine, c’est ouvrir un portail de démons dans le bois. Une belle soirée, c’est 10h de carnage avec des dés et une tonne de bonbons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *