Lost Dimension : Un étrange mixte entre XCOM et Valkyrie Profile

Lost Dimension

Lost Dimension est un JRPG stratégique précédemment publié sur PS3 et PS Vita ayant été récemment porté sur PC. Malheureusement, les JRPGs portés sur ordinateurs ont une mauvaise réputation. En effet, il faut avouer que la majorité du temps, ceux-ci proviennent avec un lot assez important de bogues. Et ce, sans compter le fait que ceux-ci sont très rarement optimisés pour être joués sur une grande variété de matériel information. Mais quelques fois, il arrive qu’un jeu arrive à se démarquer du lot. C’est d’ailleurs le cas de Lost Dimension que je vais critiquer pour vous aujourd’hui.

Bonne lecture!


Fiche Technique

  • Date de sortie : 30 octobre 2017 (PC Steam)
  • Plateformes : PC, PS3, PS Vita
  • Genre : Jeu de rôles, Stratégie
  • Éditeur : Ghostlight LTD
  • Développeur : FURYU Corporation
  • Multijoueur : Non
  • Disponible en français : Non
  • Contenu téléchargeable : Oui
  • Micro-transactions : Non
  • Prix : 28,99 $ (PC Steam)
  • Page Steam

Personnages et histoire

En ce qui concerne l’histoire, je tiens à vous avertir que ce n’est pas très exceptionnel. Brièvement, il faut avouer que l’historie utilise des clichés assez communs de l’animation japonaise et des JRPGs. Néanmoins, le résultat final reste agréable. En résumé, on nous raconte l’histoire de gens dotés de pouvoirs psychiques ayant comme mission d’arrêter un terroriste avant qu’il ne déclenche l’apocalypse nucléaire mondial. Cet homme se cache au sommet d’une tour que les héros devront grimper. Cependant, il y a des traites à l’intérieur de ce groupe que l’équipe devra dénicher avant qu’ils ne fassent échouer la mission. Encore une fois, rien d’exceptionnel côté histoire, mais cela nous permet de mettre beaucoup plus d’efforts sur l’élément essentiel du jeu; le gameplay.

Ensuite, il y a les personnages. Encore une fois, on utilise des clichés assez connus de l’animation japonaise. Cependant, comme les traîtres sont choisis aléatoirement dans le jeu, on ne peut se fier à leurs traits de personnalité pour déduire l’identité secrète de ceux-ci. Dans le lot, nous avons les classiques; l’homme au complexe de super-héro, la fille silencieuse, le gars gentil avec tout le monde, celle qui est méchante avec les autres pour se protéger, etc. Ce qui est bien, c’est qu’on prend la peine de nous montrer comment chaque personnage se sent face à leurs pouvoirs. Si on prend la peine de parler avec ceux-ci, on finit par comprendre pourquoi ils sont comme cela. Une petite touche intéressante qui nous permet d’apprécier les clichés utilisés.

Cependant, vous devrez compléter le jeu plusieurs fois afin de connaître la véritable fin. En effet, il vous faut établir des liens forts avec chacun des personnages pour débloquer le « true ending ». Vous devrez donc compléter le jeu au moins 3 fois pour tout voir. C’est un pensez-y bien.


Mécaniques de jeu

Ce qui est bien avec Lost Dimension, c’est qu’on utilise les bases du JRPG pour les adapter au genre stratégique. Du coup, on offre les mêmes balises que le jeu de rôle classique; points de vie, points d’habiletés, caractéristiques (force, vitalité, dextérité, etc) et points d’expérience pour les adapter à un jeu de stratégie mettant l’emphase sur le placement des personnages. Au final, on nous offre un jeu assez intuitif en matière de mécaniques de jeu, ne nécessitant que très peu d’explication. Selon moi, on peut diviser le jeu en quatre mécaniques distinctes; les missions, l’évolution des personnages, l’enquête et la destruction des traîtres.

Les missions

Afin de se rendre à l’ennemi final, les personnages doivent progresser à l’intérieur de quatre étages. Chaque étage possède un lot de missions primaires et de niveaux optionnels avec leurs propres objectifs. Lorsque l’on débute une mission, on assigne six personnages aux différentes positions que l’on nous propose. Le placement des ressources et assez important, et fait partie intégrante du jeu de stratégie. Comme certains personnages se battent en combat rapproché, il est important de prendre le tout en considération. La majorité du temps, les missions consistent à détruire tous les ennemis sur l’arène de combat. Parfois, il faut transporter les personnages dans une partie précise du niveau ou bien détruire un (ou plusieurs) ennemi précis.

En terminant une mission, on nous assigne un score allant de E à S. Plus le score est élevé, plus la récompense offerte sera intéressante. En complétant des missions de la sorte, on nous offre également crédits (pour acheter de l’équipement), des points d’expérience ainsi que des points de dons. L’expérience nous permet de grimper en puissance alors que la destinée nous permet d’améliorer la maîtrise de nos compétences.

L’évolution des personnages

Tout au long du jeu, les personnages deviendront de plus en plus forts. Premièrement, en montant de niveau tel que démontré dans l’image précédente. Un personnage gagne des points de vie (HP), des points d’esprit (GP) ainsi que des points dans les 7 caractéristiques principales; STR, VIT, PSY, DEX, AGI, CRI et MOV. Les points ainsi gagnés reflètent d’ailleurs le style de jeu de chacun des personnages. Certain seront très défensifs et efficace au corps-à-corps, mais n’auront pas besoin d’attaques psychiques alors que d’autres seront idéaux pour les actions de déplacement. Bref, on nous offre la base de tout bon JRPG.

Ensuite, il y a l’arbre des compétences. En effet, chaque personnage possède un embranchement de dons qui lui est propre. Ce qui permet donc au joueur d’améliorer son personnage comme selon ses préférences. Pour avancer dans la liste, il faut satisfaire les critères en améliorant les bonnes compétences et ce, en leur donnant le niveau de maîtrise approprié. En général, il existe trois types de dons; les dons offensifs, les dons passifs et les dons de support. Le premier style consiste aux attaques spéciales (explosions de feu, attaques à distance puissante, etc). Ensuite, la deuxième catégorie confère des avantages permanents sur le personnage (facilité d’éviter les attaques, capacité de voler, devenir plus résistant, etc). Finalement, les compétences de support sont des techniques permettant d’affecter le jeu sans attaquer un ennemi. Par exemple, se téléporter à un allié pour le protéger, offrir un bonus à la sanité d’un autre personnage, etc.

Encore une fois, c’est un concept qui n’est pas révolutionnaire. Cependant, les arbres de progression représentent bien le style de chacun des personnages. Plus on joue au jeu, et plus on apprend quelles techniques de combat sont les meilleures, et ce qu’il faut prioriser pour être le plus efficace.

Enquêter

Donc, il y a l’aspect « combat » qui est très important dans Lost Dimension. Cependant, il y a aussi le concept d’enquêtes de très important. Comme je le mentionnais précédemment, il y a des traîtres dans l’équipe qu’il faut trouver avant d’atteindre le sommet de la tour. Pour ce faire, il faut utiliser les dons de clairvoyance du personnage principal pour lire les pensées de l’équipe. En effet, chaque fois qu’une mission est terminée, on arrive à survoler les pensées de nos compatriotes pour savoir s’il y a des risques de traîtrise dans l’équipe. Une fois que vous avez de potentiels candidats, vous pourrez utiliser votre don pour naviguer dans la tête de ceux-ci. En faisant cela, vous débuterez un mini-jeu dans lequel vous devrez trouver la personne dans une mer de pensées suspicieuses. Si le personnage est un traître, vous le saurez si vous réussissez le mini-jeu.

Si jamais vous avez identifié votre traître, vous pourrez influencer les autres en discutant avec eux. D’ailleurs, vous pouvez savoir en tout temps pour qui l’équipe votera lors du moment venu. Du coup, vous pouvez prendre votre temps et manipuler les autres pour qu’ils suivent votre pensée. Cette partie du jeu est clairement inspirée de Danganronpa, mais le tout s’emboîte bien avec le reste du jeu.

La mort d’un personnage

Lorsqu’un personnage a été tué (qu’il soit un traître ou non), son essence se manifeste dans une relique qu’on appelle « Fate Materia ». Cet objet permet de partager les pouvoirs d’un personnage avec les survivants. Du coup, les personnes sacrifiées suivent le reste de l’équipe malgré tout. Ce qui est bien avec cette mécanique, c’est que cela nous permet de faire des mélanges de pouvoirs vraiment intéressants. Dans ma deuxième partie, j’ai été en mesure d’offrir des pouvoirs de téléportation et de lévitation à mon personnage physique le plus puissant. J’ai également été en mesure d’offrir une force de frappe explosive à mon personnage de support le moins aggressif du jeu. Bref, les combinaisons sont fort intéressantes. De plus, certains pouvoirs dans l’arbre de compétence ne peuvent être obtenus qu’en équipant une matéria précise.


Caméra et stabilité

Dans le passé, j’ai eue la malchance de jouer à des JRPGs portés de très mauvaise qualité. Vous savez? Le genre de jeux qui ne cessent de crasher ou qui arrivent à vous faire regretter un achat suite à quelques heures de jeu? Chaque fois que j’achète un jeu porté sur Steam, j’ai l’impression de jouer avec le feu, de faire un pari avec moi. Et parfois, je gagne… tout comme lorsque je me suis procuré Lost Dimension. Après plus de 25 heures de jeu, je n’ai jamais eue à recommencer une partie à cause d’un crash ou parce qu’un bogue m’empêchait d’avancer.

En ce qui concerne la caméra, celle-ci peut être contrôlée en tout temps par le joueur. Cependant, la caméra se concentre sur chaque ennemi à chaque fois qu’ils bougent et ce, même si les personnes n’ont pas de vue sur ceux-ci. Lorsque cela arrive, on a le droit à un gros plan sur un mur qui ne bouge pas. C’est dommage, mais rien de très alarmant. De façon générale, j’ai été très agréablement surpris par la qualité de ce port par Ghostlight LTD.


Graphismes et esthétique

Visuellement parlant, le jeu est superbe. Les animations sont fluides, les textes sont faciles à lire et les menus sont bien représentés. D’ailleurs, le jeu ne demande pas beaucoup de ressources afin d’être joué grâce à une utilisation intelligente du cell-shading. Les ennemis sont bien modelés et possèdent un look s’adaptant bien aux différents environnements générés par la tour maudite. De toute mon expérience, je n’ai vu aucuns bogues visuels.

Cependant, il y a une faille en ce qui concerne l’ergonomie des menus. En effet, le jeu possède plusieurs éléments devant être gérer par le joueur. Entre autre, il y a les magasins, la gestion d’équipement, leur progression de pouvoirs, l’analyse des pensées pour trouver les traîtres, etc. Pour accéder à chacun de ses menus, il faut aller dans l’écran de base pour aller sélectionner les autres. Lorsque tu as plus de sept personnages à gérer, cela peut devenir très long et répétitif. Ce n’est rien de bien grave, mais un raccourcis pour sauter d’un menu à l’autre aurait été TRÈS agréable.


Musique et sons

La musique créée pour Lost Dimension est très bonne, mais assez répétitive. Après avoir fait le tour du jeu une première fois, je vous conseille vivement de baisser le son de la musique en jeu pour ensuite faire jouer vos musiciens préférés. La musique est très bien réalisée, certes, mais peut finir par taper sur les nerfs au fil du temps. En ce qui concerne les effets sonores, je n’ai rien de négatif à dire sur le sujet; tout est bien réalisé. D’ailleurs, je me dois de mentionner l’effort mit dans le doublage du jeu. Malgré le fait qu’on offre aucune traduction francophone, on a été chercher de gros doubleurs anglophones. Le « voice acting » est de très bonne qualité.


Lost Dimension en conclusion

Lost Dimension m’a rapidement charmé avec son style et sa façon d’approcher le JRPG. Il nous offre un défi intéressant, possède un niveau de rejouabilité non-négligeable et réussit à bien utiliser les clichés de l’animation japonaise. Certes, l’histoire qu’on nous propose n’est pas la plus originale et le concept de traîtrise est fortement inspiré de la franchise Danganronpa. Cependant, celle-ci encadre bien les personnages et l’origine de leurs pouvoirs spéciaux. Malgré une navigation de menu exhaustive et une musique répétitive, on est rapidement charmé par l’esthétique du jeu et ses mécaniques de jeu solides. Si vous adorez les jeux de rôles, je vous conseille fortement de vous procurer ce jeu.

On aime :

  • Chaque personnage possède un style bien définit;
  • On nous offre un bon niveau de difficulté;
  • Le jeu est très beau et les animations sont réussies;
  • La qualité du doublage est superbe;
  • Les contrôles avec manette sont intuitifs.

On aime moins :

  • La musique est répétitive;
  • Le va-et-vient entre les menus n’est pas ergonomique;
  • Le jeu ne possède aucune traduction française;
Lost Dimension est un JRPG stratégique précédemment publié sur PS3 et PS Vita ayant été récemment porté sur PC. Malheureusement, les JRPGs portés sur ordinateurs ont une mauvaise réputation. En effet, il faut avouer que la majorité du temps, ceux-ci proviennent avec un lot assez important de bogues. Et ce, sans compter le fait que ceux-ci sont très rarement optimisés pour être joués sur une grande variété de matériel information. Mais quelques fois, il arrive qu'un jeu arrive à se démarquer du lot. C'est d'ailleurs le cas de Lost Dimension que je vais critiquer pour vous aujourd'hui. Bonne lecture! Fiche Technique Date de sortie : 30 octobre 2017 (PC Steam) Plateformes : PC, PS3, PS Vita Genre : Jeu de rôles, Stratégie Éditeur : Ghostlight LTD Développeur : FURYU Corporation Multijoueur : Non Disponible en français : Non Contenu téléchargeable : Oui Micro-transactions : Non Prix : 28,99 $ (PC Steam) Page Steam https://www.youtube.com/watch?v=WJc2Dvwmbiw Personnages et histoire En ce qui concerne l'histoire, je tiens à vous avertir que ce n'est pas très exceptionnel. Brièvement, il faut avouer que l'historie utilise des clichés assez communs de l'animation japonaise et des JRPGs. Néanmoins, le résultat final reste agréable. En résumé, on nous raconte l'histoire de gens dotés de pouvoirs psychiques ayant comme mission d'arrêter un terroriste avant qu'il ne déclenche l'apocalypse nucléaire mondial. Cet homme se cache au sommet d'une tour que les héros devront grimper. Cependant, il y a des traites à l'intérieur de ce groupe que l'équipe devra dénicher avant qu'ils ne fassent échouer la mission. Encore une fois, rien d'exceptionnel côté histoire, mais cela nous permet de mettre beaucoup plus d'efforts sur l'élément essentiel du jeu; le gameplay. Ensuite, il y a les personnages. Encore une fois, on utilise des clichés assez connus de l'animation japonaise. Cependant, comme les traîtres sont choisis aléatoirement dans le jeu, on ne peut se fier à leurs traits de personnalité pour déduire l'identité secrète de ceux-ci. Dans le lot, nous avons les classiques; l'homme au complexe de super-héro, la fille silencieuse, le gars gentil avec tout le monde, celle qui est méchante avec les autres pour se protéger, etc. Ce qui est bien, c'est qu'on prend la peine de nous montrer comment chaque personnage se sent face à leurs pouvoirs. Si on prend la peine de parler avec ceux-ci, on finit par comprendre pourquoi ils sont comme cela. Une petite touche intéressante qui nous permet d'apprécier les clichés utilisés. Cependant, vous devrez compléter le jeu plusieurs fois afin de connaître la véritable fin. En effet, il vous faut établir des liens forts avec chacun des personnages pour débloquer le "true ending". Vous devrez donc compléter le jeu au moins 3 fois pour tout voir. C'est un pensez-y bien. Mécaniques de jeu Ce qui est bien avec Lost Dimension, c'est qu'on utilise les bases du JRPG pour les adapter au genre stratégique. Du coup, on offre les mêmes balises que le jeu de rôle classique; points de vie, points d'habiletés, caractéristiques (force, vitalité, dextérité, etc) et points d'expérience pour les adapter à un jeu…

Évaluation en chiffres

Histoire et Univers - 6
Personnages - 7.5
Contrôles - 9
Caméras - 7
Intelligence artificielle - 8
Bogues et stabilité - 9
Graphismes - 8.5
Interface et menus - 7
Sons et musique - 7
Plaisir - 8
Rejouabilité - 9
Difficulté - 8
Innovation - 7
Rapport qualité/prix - 9

7.9

Sugoi!

Lost Dimension m'a rapidement charmé avec son style et sa façon d'approcher le JRPG. Il nous offre un défi intéressant, possède un niveau de rejouabilité non-négligeable et réussit à bien utiliser les clichés de l'animation japonaise. Certes, l'histoire qu'on nous propose n'est pas la plus originale et le concept de traîtrise est fortement inspiré de la franchise Danganronpa. Cependant, celle-ci encadre bien les personnages et l'origine de leurs pouvoirs spéciaux. Malgré une navigation de menu exhaustive et une musique répétitive, on est rapidement charmé par l'esthétique du jeu et ses mécaniques de jeu solides. Si vous adorez les jeux de rôles, je vous conseille fortement de vous procurer ce jeu.

User Rating: Be the first one !
8
Jonathan Gaudreau

About Jonathan Gaudreau

Cela fait maintenant un peu plus de dix ans que je travaille dans le domaine du jeu vidéo. J'ai débuté ma carrière dans l'industrie avec un travail de testeur en assurance-qualité chez un sous-traitant spécialisé dans le test de jeux vidéos et, rapidement, mon expertise sur le monde des médias interactifs, ainsi que mon expérience en assurance qualité s'est approfondie. Encore aujourd'hui, je continue de jouer régulièrement et me tient à jour sur les jeux de l'heure, et ce malgré tout ce temps passé devant des consoles à écrire des milliers de bogues. Aujourd'hui, je travaille activement pour devenir concepteur de jeux et je me ferai un plaisir de partager avec vous mes trouvailles et connaissances. C'est une merveilleuse aventure qui nous attend...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *