Les revendeurs… le fléau des scalpeurs de jeux vidéo

Revendeurs

Avertissement : Il est fort possible que cet article puisse causer de la frustration chez les gens qui apprennent qu’ils se sont fait flouer, chez les gens qui abusent de ce système pour se faire la palette, des gens qui prennent tout personnel et surtout des gens qui ne comprennent rien.

Avant de commencer, je tiens à préciser aux lecteurs qu’il y a des tonnes de gens bien intentionnés dans la communauté de collectionneurs. En effet, la vente au véritable prix du marché est chose normale, surtout pour l’échange de pièces. Malgré tout, j’ai décidé de cracher mon venin au visage de ces rapaces qui parcourent les moindres recoins du Québec pour acheter à des prix ridiculement bas pour revendre à des prix audacieusement trop élevés. Cet article est dédié à ces chers vautours!

Shout-out à nos amis Guiz et Jérôme de la franchise The Resellers, qui parodient le problème.


La nostalgie au prix fort

L’un des premiers indices pour repérer un revendeur du type rapace est de voir à quel prix celui-ci est prêt à vendre la nostalgie. En effet, pour cette race de vautours, un jeu populaire vaut cher, même s’il n’est pas rare. En vous promenant dans les marchés aux puces publics, vous remarquerez qu’il y a toujours quelques personnes vendant des tonnes de jeux vidéo. Quoique certains soient assez respectables dans leur façon de vendre et de négocier, certains sont de véritables profiteurs. D’ailleurs, il existe plusieurs façons de reconnaître ces vautours de la nostalgie.

Premièrement, les jeux populaires seront toujours à des prix exorbitants, et ce, même s’ils ne sont pas rares. Tu veux acheter une cassette de Donkey Kong Country 2 à l’un de ces revendeurs? Hé bien, ne croyez pas vous en tirer en bas de 80 balles. Et ce, même si une cartouche seule vaut en moyenne une vingtaine de dollars canadiens.

Ensuite, ceux-ci utiliseront généralement un lexique assez répétitif pour tenter de donner de la valeur à leur inventaire. Donc, si vous croisez un vendeur lors d’une vente de garage et que celui-ci ne cesse de répéter que ses jeux sont rares ou qu’ils valent très cher sur le marché… Il y a de très fortes chances que vous ayez affaire à un revendeur. Et n’osez pas lui montrer la valeur marchande du jeu que vous souhaitez acheter… celui-ci explosera de rage! Les revendeurs DÉTESTENT que l’on tente de négocier leurs prix à la baisse.

Une petite fortune pour le revendeur!
Une petite fortune pour le revendeur!

La rareté des éditions limitées

Et puis, il y a les éditions limitées de franchises populaires. Donc, vous attendiez ce jeu depuis des années, vous êtes un grand fan de cette franchise. D’ailleurs, c’est pour cette raison que vous vouliez vous procurer l’édition limitée, qui devait être disponible en précommande sous peu. Et puis, le jour fatidique, c’est à cet instant que le monde s’écroule sous vos yeux… Malheureusement, toutes les copies qui étaient disponibles ont été instantanément achetées pendant que vous dormiez. En vous promenant sur le web, vous remarquez que des tonnes de copies sont disponibles, mais pour plus de cinq fois leur valeur originale. Bref, des gens en ont profité pour se procurer le plus d’exemplaires possible de la version limitée et la revendre à des prix de fou.

Cela vous est certainement arrivé plusieurs fois déjà. Qu’il s’agisse de la NES Classique, du vinyle extra limité de Persona 5 ou bien d’une édition ultra rare d’une console de jeux vidéo… c’est une histoire qui continue de se répéter. Bref, aussitôt qu’on annonce qu’il y aura une quantité très limitée d’un produit, vous pouvez être certain que les revendeurs sauteront sur l’occasion. D’ailleurs, c’est comme les revendeurs de billets de concert qui se dépêchent pour acheter le plus de places dans le prochain concert d’un artiste populaire. Donc, les développeurs de jeux n’y perdent rien, c’est toujours le consommateur qui perd au final. Et ça, c’est de la merde.

Pour le revendeur classique, une édition limitée, c’est une véritable pépite d’or!

La revente en convention

Non seulement il y a tous ces problèmes de revente au prix fort par des gens qui abusent de la naïveté des gens nostalgiques, mais il y a un problème assez flagrant lors d’événements offrant la chance aux gens de payer une table pour vendre des trucs. En effet, si un vendeur prend le risque de vendre ses jeux à des prix raisonnables ou plus bas que la moyenne des commerces de l’événement, les revendeurs se feront un plaisir de lui couper l’herbe sous les pieds. En gros, les revendeurs commencent toujours la journée en parcourant tous les vendeurs de jeux et trouver les jeux vendus à des prix inférieurs aux leurs. Par la suite, ils vont tout acheter pour les revendre ensuite dans leur kiosque pour des prix exorbitants.

J’ai malheureusement été témoin de trucs similaires à plusieurs reprises. Certains iront dire que c’est normal et que c’est comme ça que fonctionne le business, et que ce n’est pas pour les faibles. Cependant, cela augmente énormément les prix, et finit par nous baiser solidement par-derrière… sans lubrifiant… avec de la vitre concassée. Bref, c’est une pratique que je trouve sincèrement dégueulasse. Malheureusement, il n’y a aucun moyen d’empêcher les gens d’agir de la sorte. Du moins, sans que l’événement fasse l’effort de punir les gens agissant de la sorte. Pour la majorité des organisateurs de festivals, c’est beaucoup trop d’efforts pour éviter de la drama.

Le revendeur typique à la recherche de jeux à revendre sur place. On voit le Sean en pleine chasse. Dégueulasse!

La loi de l’offre et de la demande, mon cul

Le concept de la loi de l’offre et de la demande est assez vieux. En effet, n’importe quelle personne s’investissant dans le monde de la vente connaît le principe afin d’expliquer le prix des produits en vente. Après tout, plus il y a de gens qui demandent quelque chose, plus sa valeur sera élevée. Et l’inverse est la même chose : moins de gens veulent d’un produit, moins cher il sera. Lorsqu’on parle de vente en magasin, le concept est facile à observer. C’est pour ces raisons qu’il y a des rabais et des spéciaux de façon constante dans les magasins et épiceries de grande surface. Pour se débarrasser du stock moins populaire, on l’offre au rabais pour faire de la place.

Mais dans le monde de la collection… c’est beaucoup plus compliqué. Un jeu rare n’est pas cher parce que beaucoup de gens cherchent à se le procurer, mais surtout parce qu’il est difficile d’en trouver un en bonne condition. Du coup, les prix varient fréquemment sur le web en fonction du nombre de copies découvertes. Un jeu complet sera plus cher qu’un jeu sans boîte et manuel, et un jeu scellé sera toujours un objet de collection prisé. Jusqu’ici, c’est normal. Tous les types de collections fonctionnent de la même façon. Là où j’ai un problème, c’est qu’il facile d’augmenter artificiellement la valeur d’un jeu.

Le gonflage des prix…

Donc, admettons que j’arrive à mettre la main sur un lot de 100 exemplaires de Sonic 2 sur Genesis pour 200 dollars. Selon pricecharting.com, ce jeu vaut 5 dollars sans boîte, je fais donc déjà un profit. Admettons que je vende 50 de ces cartouches à 10 $ sur eBay et les achète moi-même… Je viens d’augmenter considérablement la valeur du jeu. Les autres vendeurs verront la tendance et suivront le fil. Et de cette façon, je pourrais tout revendre à 10 $. Donc pour 200 $ de cassettes, j’ai réussi à me faire un profit de 1000 $.

Vous voyez à quel point l’argument de l’offre et de la demande est zéro crédible? Ouais, ce genre de chose s’est vu TRÈS régulièrement sur le web. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un jeu comme Earthbound, qui n’est pas si rare que ça, vaut tellement cher. Les cas de gonflage volontaire des prix chez les collections sont nombreux, et c’est triste.


Revendeur un jour, revendeur pour toujours

Lorsqu’une personne embarque dans le monde de la revente, il est très rare que celle-ci arrête de le faire. Cette pratique nécessite tellement d’investissement en temps que les gens préfèrent se lancer complètement dans l’aventure. Après tout, ces vautours parcourent les ventes de garage pour acheter aux gens ne connaissant pas la valeur de leurs jeux, restent réveillés la nuit pour acheter le plus d’objets rares et font la file à plusieurs pour acheter des objets limités en magasin. Du coup, ceux-ci se sentent excusés de leurs pratiques douteuses en raison de leur « sacrifice ». Ce sentiment de sacrifice cause donc l’effet que ces revendeurs détestent avoir l’impression qu’on juge leurs pratiques, réagissant agressivement aux moindres remarques.

Cependant, il existe certaines personnes faisant dans la revente qui le font de manière éthique tout comme je le mentionnais brièvement au début de l’article. En effet, ces gens revendent généralement pour compléter leur collection de jeux et de consoles, revendant au prix du marché pour se faire un profit afin d’acheter d’autres jeux, ou pour se permettre d’avoir une monnaie d’échange entre collecteurs.

« Ces profits m’appartiennent! Cet argent EST À MOI! À MOI! » ~Scrooge serait fier de nos revendeurs!

En conclusion, faites attention avec qui vous faites vos affaires. Gardez l’œil ouvert et surtout, ne laissez pas la nostalgie prendre le meilleur de vous. Il peut être assez facile de se faire manipuler par ces vautours. Après tout, c’est leur profession, ils sont généralement très doués. Donc, souvenez-vous toujours des règles suivantes :

  • Premièrement, regardez la marchandise et cherchez pour un « pattern » dans les prix;
  • Ensuite, si on vend les jeux populaires hyper cher, cherchez pour les jeux inconnus;
  • Troisièmement, gardez votre téléphone en main pour comparer les prix;
  • Et puis, essayez de négocier ou d’acheter en lot autant que possible;
  • Finalement, si l’on répond agressivement à vos négociations, partez.
Jonathan Gaudreau

About Jonathan Gaudreau

Cela fait maintenant un peu plus de dix ans que je travaille dans le domaine du jeu vidéo. J'ai débuté ma carrière dans l'industrie avec un travail de testeur en assurance-qualité chez un sous-traitant spécialisé dans le test de jeux vidéos et, rapidement, mon expertise sur le monde des médias interactifs, ainsi que mon expérience en assurance qualité s'est approfondie. Encore aujourd'hui, je continue de jouer régulièrement et me tient à jour sur les jeux de l'heure, et ce malgré tout ce temps passé devant des consoles à écrire des milliers de bogues. Aujourd'hui, je travaille activement pour devenir concepteur de jeux et je me ferai un plaisir de partager avec vous mes trouvailles et connaissances. C'est une merveilleuse aventure qui nous attend...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *