Les vies et morts des « slasher movies »

Un Slasher bien connu; Halloween

Vous vous souvenez de l’époque des clubs vidéo? Dans les années 80, si vous étiez un enfant curieux, il était possible d’explorer les rangées d’innombrables cassettes VHS (et Beta si vous êtes plus vieux!) et d’avoir, en un seul coup d’œil, une bonne idée des films proposés grâce aux boîtiers visuellement prenants. L’odeur du plastique, des cartons longtemps éblouis au soleil, parfois même du maïs soufflé fait sur place vous emplissait les narines à mesure que vous parcouriez les rangées de films qui offraient des milliers de possibilités.

Puis, votre attention se retrouva immédiatement prise en otage par des boîtiers de cassettes aux allures morbides : des tueurs masqués, des zombies, des victimes en pièces détachées, des haches, des couteaux, des titres aux lettres ensanglantées, des monstres terrifiants… Horrifiés, mais oh combien fascinés, vous vous retrouviez dans la section horreur du club vidéo. Une sélection démesurée d’histoires les plus effrayantes les unes que les autres, montrant des images sanglantes au dos des boîtiers… si vous aviez le courage d’y jeter un coup d’œil!

Parmi les films d’horreur de la décennie 80, les films de slasher demeurent un des styles à la fois les plus populaires et les plus controversés de sa génération. Ayant généralement comme trame de fond un mystérieux tueur en série masqué (vivant ou mort-vivant) s’en prenant à de jeunes adolescent(e)s dans un lieu clos et ayant très souvent une jeune femme forte comme héroïne, ces films de série B ont connu une popularité sans précédent pour ensuite mourir à petit feu, revivre de ses cendres puis devenir un souvenir d’une folle époque.

Que s’est-il passé au juste?


La naissance du slasher

Beaucoup de fans débattent l’origine directe du genre. Certains disent que le classique d’Alfred Hitchcock, Psycho, fut le pionnier; d’autres parlent plutôt de Peeping Tom, un thriller anglais racontant les obsessions d’un voyeur qui traque et tue de jeunes femmes; certains disent que ce fut le film canadien Black Christmas qui marqua le début du genre, avec son antagoniste déséquilibré qui s’en prend à des étudiantes dans une résidence universitaire; certains martèlent que c’est Texas Chainsaw Massacre…

À travers ces multiples théories, c’est Halloween de John Carpenter qui a pu encaisser plus de 47 millions de dollars au box-office sur un modeste budget de 300 000 $… Avec de tels profits, les producteurs des studios concurrents virent une opportunité en or de mousser leurs avoirs avec l’aide des adolescents en quête d’émotions fortes et de beaucoup, beaucoup d’hémoglobine…


Un âge d’or teinté de controverses

À partir de la fin des années 70 jusqu’en 1984, le nombre de films de slasher explosa subitement, créant une nouvelle vague de films d’horreur à petits budgets. Au départ, beaucoup de ces films se trouvaient projetés dans les cinémas drive-in et petits cinémas de quartier, attirant surtout une jeune clientèle assoiffée d’effets spéciaux sanguinolents.

Lorsque le film Friday the 13th prit l’affiche en 1980, celui-ci généra un profit similaire à Halloween, établissant le genre de façon plus officielle sur le marché. De nombreuses productions copiant sans retenue les deux films à succès avec des budgets encore plus minuscules (et de qualité douteuse) furent distribuées dans l’espoir de devenir des films profitables. Aux États-Unis comme en Europe, le genre demeurait un succès assuré, réussissant à produire suffisamment de profits pour sortir plusieurs slashers par semaine!

Évidemment, les réalisateurs et producteurs tentaient de plus en plus de choquer son auditoire à travers ses scènes sordides et sanglantes, parfois longues et agonisantes. Ces scènes de violence demeuraient après tout le point de vente du genre, la raison même de leur existence : l’équivalent d’un tour de manège, créant de fortes montées d’adrénaline et de moments de dégoût tout en laissant le spectateur sain et sauf.

La controverse débute en 1980

Le film Maniac, sorti en 1980, fut l’un des films du genre qui créa le plus de controverse : ses scènes d’une violence inouïe envers ses personnages féminins soulevèrent la colère des médias et de plusieurs groupes féministes de l’époque. Plusieurs personnes voulaient que le film disparaisse des salles de cinéma et les critiques, n’étant jamais vraiment friands de films sanguinaires dès le départ, criaient déjà au scandale.

Les célèbres critiques Gene Siskel et Roger Ebert dénoncèrent la violence faite aux femmes dans les films de slasher, disant être dégoûtés par ces films à caractère misogyne. Sans chercher plus loin, certains journalistes, n’ayant jamais vu certains de ces films, prétendaient à la hâte que ces films devenaient « la nouvelle pornographie » de l’époque… Malgré le fait que certains de ces films sont en effet de l’exploitation pure et simple, la plupart des slashers mettent en scène des personnages féminins forts qui réussissent à vaincre les tueurs et leur tiennent tête.

Plus communément appelées les final girls, elles sont les survivantes de l’histoire et affrontent presque toujours physiquement les antagonistes, souvent en protégeant les garçons! Fait intéressant : le film Slumber Party Massacre (1982), qui raconte les mésaventures de jeunes femmes se faisant attaquer par un fou avec une très longue perceuse (signe phallique ici) pendant une soirée « pyjama party » a été écrit par et réalisé par deux femmes… et a été accusé de misogynie alors que le film critique avec sarcasme le genre!


Un Noël sanglant de trop

Vers 1983-84, les critiques commençaient à sérieusement détester l’expérience de voir ces films sanglants, au point où certains d’entre eux refusaient d’aller les voir pour pondre une critique à leur sujet. En plus des mères de famille, les groupes féministes et les critiques, les groupes catholiques américains se mêlaient aux voix colériques voulant un meilleur contrôle de ces films d’horreur. En Angleterre, certains films controversés ont été catégorisés comme video nasties (ou films « vils », « méchants » dans un contexte religieux), créant une liste noire servant de censure pour le pays.

En 1984, un gentil film de Noël ayant pour titre Silent Night, Deadly Night commença à faire son apparition dans les publicités journalistiques ainsi que les commerciaux télévisés (sous forme de cours bandes-annonces). Le film raconte l’origine horrifique d’un psychopathe ayant eu un traumatisme face au meurtre de ses parents commis par un dégénéré habillé en père Noël. Bien sûr, le film offre de multiples scènes de violence gratuite, comme tout bon slasher de l’époque. Par contre, Silent Night offre un point de vue différent sur le personnage principal : sans le défendre, il est possible de comprendre pourquoi il se met à tuer avec un costume de père Noël, le scénario ouvrant une porte sur ses démences et demeure plus complexe qu’un slasher de base.

Les parents en rogne

Par contre, la bande-annonce fut montrée en plein jour et des plaintes émergèrent rapidement. Les parents dénonçaient le fait que de montrer le père Noël tuer des gens était traumatisant pour les enfants, blâmant ainsi la compagnie de distribution. Bien qu’il soit compréhensible de se plaindre par rapport à l’heure de diffusion de la courte bande-annonce entre deux émissions de comédie, le problème réside dans le fait qu’il y a également une responsabilité de la part du parent d’encadrer son enfant par rapport aux médias, qui sont très difficiles à contrôler, et surtout que ce genre de film ne s’adresse pas aux enfants du tout.  

Malgré la colère des parents et des groupes religieux (sans compter les commentaires assassins des journalistes et critiques avant même sa sortie), le film sortit en salle pendant une semaine. La semaine suivante, suite à des pressions évidentes, le film fut retiré des salles. Le genre, par la suite, eut un majeur ralentissement…


Mort et résurrection

Le genre, détesté et jugé sans précédent, tomba sur le cœur des médias, ce qui amena à un ralentissement imminent. Au même moment, en 1984, Friday the 13th: The Final Chapter marqua non seulement la première mort officielle du tueur masqué Jason Vorhees, mais également du slasher movie, qui perdit beaucoup de crédibilité au cours des dernières années. Un hasard?

C’est également en 1984 qu’un nouveau joueur fit surface : Freddy Kruger. Le film Nightmare on Elm Street revitalisa le genre en introduisant l’élément du surnaturel, plus présent et plus complexe, ce qui plut beaucoup aux critiques de l’époque. Wes Craven, le réalisateur et créateur de la franchise, marque le retour du slasher « nouveau genre » grâce à son film, qui viendra continuer la lignée du genre qui, quoique ralenti, deviendra de plus en plus commercial et intensifié par l’excentricité des années 80…


Les icônes de l’horreur

Par la suite, le genre connaîtra un renouveau, surtout à travers ses trois icônes déjà établies : Michael Myers (Halloween), Jason Vorhees (Friday the 13th) et Freddy Kruger (Nightmare on Elm Street). De nouveaux antagonistes apparaîtront également (Chucky, Pinhead, Maniac Cop, etc.), créant de longues franchises plus inégales les unes que les autres, mais oh combien fromagées et amusantes dans leur traitement et leur désir d’atteindre un maximum d’adolescents à travers leurs meurtres génialement morbides.

Comme en 84, le genre gonfla considérablement en termes de présence médiatique, mais cette fois d’une manière plus commerciale et iconique : Jason Vorhees fit une apparition au Arsenio Hall Show pour une « entrevue » hilarante et malaisante, Freddy avait sa chanson rap à la fin de Nightmare on Elm Street 4: The Dream Master (tout aussi malaisante), Chucky présentait lors d’un gala un prix pour le Horror Hall of Fame Award, etc.

L’horreur devenait de plus en plus une icône médiatique, établie comme une manière de vendre un produit sous forme de franchises. Alors que dans le passé, le genre tentait le plus possible de choquer par ses scènes de violence, celui-ci évolua d’une manière à vouloir plaire un public averti, les antagonistes devenant des stars plutôt que des cibles à abattre.


Le sexe et ses conséquences

Le cinéma étant une réflexion de la société à travers les époques, les slashers ont souvent cette habitude de mettre en scène des jeunes pleins de nouveaux désirs à étendre sur un lit avec leur partenaire avant de se faire trucider par un tueur quelconque pendant ou après l’acte. Dans les années 80, le sida devenait une menace bien présente et mal documentée, créant ainsi une paranoïa incessante à travers les médias. Les slashers sont peut-être une réflexion de cette peur du sexe, donnant naissance à la fameuse règle « tu baises, tu meurs », qui restait dans l’inconscient de beaucoup de gens de l’époque. Qui plus est, le genre illustre également la censure du plaisir, établie par la religion catholique.

Elle fut toujours présente pour censurer ce type de film pour la violence et le sexe et ces « tueurs » représentent peut-être les conséquences de tels actes dans un contexte de croyance catholique : faire l’amour avant le mariage = laissez-passer pour l’enfer et la mort!


Mort et résurrection II : Le retour

Le début des années 90 marquera le début de la fin (encore) des slasher movies. De nouveau, les icônes seront tuées de nouveau : Jason Goes to Hell: the Final Friday, Freddy’s Dead: The Final Nightmare, etc. Le médium tua ainsi ses icônes pour passer à autre chose, le genre disparaissant peu à peu du milieu comparativement à la décennie 80.

Puis, encore une fois, Wes Craven joua à Jésus pour faire revivre les slasher movies avec Scream, en 1996.

Le film se moque du genre, mais le réinvente par la suite pour lui donner un nouveau souffle. Maintenant conscient de ses propres défauts et allant vers le whodunnit (scénario qui encourage l’auditoire à trouver le criminel à travers des indices laissés à travers l’histoire, terme établi à l’ère des films d’Hitchcock), le slasher des années 90 laisse de côté le surnaturel (la plupart du temps) pour proposer des scénarios ayant des tournures inattendues, l’ingéniosité allant vers les fins difficiles à prévoir plutôt que des meurtres inventifs. Les icônes de l’horreur sont presque inexistantes dans ce nouveau modèle et on laisse place à la distribution… surtout sur les posters, qui se ressemblent beaucoup trop.


Internet et ce que deviennent les slashers

Comme tous les médias, l’Internet vint tout changer. Les genres musicaux deviennent maintenant tous accessibles en tout temps, tout comme les films. Tout le monde peut maintenant produire son œuvre artistique avec peu de moyens et le lancer en ligne. Les genres deviennent bientôt moins divisés et les courants artistiques se fusionnent à travers la Toile, laissant de côté les vagues véhiculées par les médias limités de l’époque.

Les slashers et leurs icônes sont encore bel et bien présents et aimés, mais ils représentent une époque, une capsule dans le temps qui sera archivée sur le Net pour les générations à venir. Même si le genre est moins commercialisé, les passionnés en font encore pour les présenter dans les festivals de films, avec des scènes bien sanglantes et intenses à souhait!

Qui sait? Peut-être qu’un autre Wes Craven viendra revitaliser le genre…

Daniel Palardy

About Daniel Palardy

Fan de cinéma de genre, indépendant, blockbusters... bref, de tous genres. J'aime un peu trop analyser les oeuvres, les décortiquer, me poser des questions... mais surtout avoir du fun à me perdre à travers les histoires, personnages et ambiances. Je suis plutôt visuel, quoi. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *