Dynasty Warriors, défouloir par excellence.

Dynasty_Warriors_5La vie, c’est stressant. Avec le travail, la vie sociale, l’image, la famille, le trafic, le McDo qui se trompe tout le temps dans notre commande, ce n’est pas étonnant que l’on se retrouve avec un surplus de frustration et une envie d’activer un engin nucléaire sur son problème le plus près. Quand ça m’arrive, j’ai un truc pour ça. Ce n’est pas du yoga, une vidéo de chatons ou une ballade dans la nature. Je joue à un jeu de la série Dynasty Warriors.

 

Concept.

Publié par KOEI, la série Dynasty Warriors reprend la guerre des trois royaumes en Chine impériale. En choisissant un héros dans le royaume Shu, Wu ou Wei, on peut revivre les combats légendaires de cette période troublée de l’histoire dans un style beat’em up avec plusieurs améliorations que l’on obtient en combattant les soldats des empires ennemis. La plupart du temps les missions d’une durée d’environ une heure se terminent en battant le général ennemi.

Dynasty-Warriors-Next-PS-Vita

 

L’effet thérapeutique.

Simple mais tellement plaisant. Je dis que ce jeu est thérapeutique et voici pourquoi. Les soldats ennemis bloquent très rarement, n’attaquent pas très souvent et notre arme a une grande portée. Avec ces trois éléments mis ensemble, on obtient l’équivalent d’un film d’horreur dans lequel on joue le rôle du tueur. Les « Knock Outs » grimpent facilement pour atteindre le millier dans le confort d’appuyer à répétition sur carré, et parfois cercle et triangle. Pour en rajouter plus encore notre personnage a une barre « musou » qui se remplit progressivement le long de la partie, et une fois qu’elle est pleine on peut relâcher une série d’attaques dévastatrices pendant plusieurs secondes où les ennemis tombent comme des mouches.

Pour moi, c’est un effet défouloir incomparable, un coup, quatre personnes vaincues. Ça fait tellement du bien.

 

Autres aspects.

S’il n’en tenait qu’à cela, le jeu serait simplement trop facile et ennuyant, mais en ajoutant des niveaux pour les personnages, des armes dé-verrouillables ainsi que des montures dont un éléphant de guerre. Oui, un éléphant de guerre. Les mécaniques de jeu font de cette expérience quelque chose d’appréciable pour un moment. La répétition nous rattrape assez rapidement et on peut se lasser du concept avec le temps.

Les niveaux étant assez simples pour pouvoir y placer autant de soldats, il n’y a pas grand chose de particulier à mentionner. La musique rock qui accompagne notre carnage par exemple est excellente à nos oreilles, tout à fait appropriée pour le ton du jeu. Dans les premiers jeux le choix des armes est assez limité, on voit souvent revenir la lance et l’épée, mais avec les titres suivants on accède à un armement plus varié et intéressant à utiliser.

 

Différents modes et autres séries.

Pour ceux qui veulent un peu plus du jeu, pour chaque titre de la série il existe deux jeux qui rajoutent du contenu au jeu principal: Empires et Xtreme Legends. Empire est pour ceux qui préfèrent la stratégie, on nous donne une province dans la Chine et on doit la gouverner en renforçant son armée et en envahissant les provinces ennemies ou… comme moi, on se crée un héros invincible pour faire la totalité du travail. Xtreme Legends nous permet de créer notre propre héros et de le faire évoluer dans les armées des trois royaumes pour assurer la suprématie de notre seigneur.

Si la Chine antique ne vous intéresse pas, ce n’est pas un problème. Dynasty Warriors a deux autres séries parallèles avec le même type de jeu. Samurai Warriors se passe au Japon féodal à l’arrivée des armes à feu et Dynasty Warriors: Gundam reprend la série de robots géants pour recréer les batailles de cet anime. Pour répéter, Dynasty Warriors: Gundam nous permet de contrôler un robot géant pour détruire des milliers d’autres robots géants comme si c’étaient de vulgaires jouets. Le « power trip » qu’on en tire est délicieux à souhait.

Gundam_MusouSamurai_Warriors_Coverart

 

Conclusion.

Pour conclure, je recommande à tous ceux qui le peuvent d’avoir une copie d’un jeu de la série Dynasty Warriors ou leur équivalent. Mais pas nécessaire de les collecter tous, seuls les mordus y verront une différence, comme moi et les jeux de sports.

Commentaires

Andy Lafrenière

About Andy Lafrenière

Andy Lafrenière est un mordu des jeux, jeux de rôle, jeux vidéos et jeux de société. Avec un penchant pour l'écriture et une touche d'humour. Andy produit des articles bien vivants pour les lecteurs de l'Antre du Geek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *