Magical girls pour tous les goûts

Je regarde des séries d’animation japonaise depuis très longtemps et j’adore discuter de celles-ci avec les gens de mon entourage qui ont la même passion que moi. Pourtant, je suis toujours surpris de constater à quel point le mythe voulant que les séries du genre magical girls soient destinées uniquement à un public de jeunes filles.

Mon but aujourd’hui n’est pas de prouver que les garçons ont le droit d’aimer ce genre d’histoires, ceci ayant déjà été fait avec brio dans un article écrit par un collègue. Je veux avant tout démontrer que le genre a évolué avec les années et s’est énormément diversifié.

Bon, pour se mettre un peu en contexte avant de continuer, définissons très grossièrement le genre magical girls :

  • Le genre tire son nom du fait que les protagonistes sont, la plupart du temps, des jeunes filles ayant des pouvoirs magiques.
  • Ces jeunes filles ont souvent pour mission de détruire ou de capturer des sorcières, des cartes, des démons ou d’autres jeunes filles.
  • Leurs costumes sont originaux et habituellement revêtus lors de scènes de transformation très typiques aux genres magical girls et super sentai japonais.
  • Les héroïnes sont aussi, la plupart du temps, conseillées par un petit animal (pensons seulement à Kero Bero, Luna et Kyubei).

En réfléchissant à la façon d’expliquer mon point de vue concernant les magical girls, je me suis rendu compte que je pouvais facilement diviser ces séries dans plusieurs sous-genres destinés à des publics différents.

 

Séries roses / romantiques

Comme j’expliquais précédemment, quand les personnes pensent au magical girls, c’est à ce sous-genre qu’ils font référence la plupart du temps.

Ces séries traitent de sujets comme l’amour, la famille et les amies.

Bien que les héroïnes passent leur temps à chasser les forces du mal, les combats sont relayés au deuxième plan et se terminent avec l’aide d’une ou deux attaques. Les techniques utilisées par les jeunes guerrières deviennent souvent répétitives.

Par contre, les relations entre les personnages sont beaucoup plus développées. Il n’est pas rare que l’héroïne soit amoureuse d’un homme mystérieux (pensons seulement à Sailor Moon et Shugo Chara). La famille et les amis des protagonistes occupent également une place importante dans l’histoire.

Les costumes sont habituellement très jolis, pleins de couleurs et de motifs. On remarque aussi que les vêtements des héroïnes changent plus souvent que dans les autres sous-genres.

Voici quelques recommandations : Sailor Moon, Sakura chasseuse de cartes, Shugo Chara, Pretty Cure.

Motifs et couleurs extraverties des costumes.
Motifs et couleurs extravertis des costumes

 

Séries d’actions / combats

C’est en écoutant la série Magical Girl Lyrical Nanoha que je suis tomber en amour avec ce sous-genre de magical girls où l’accent est mis sur les combats.

Cette fois, les sujets mis en valeur sont très différents : les combats, les armes et les arts martiaux.

Contrairement aux autres sous-genres, les combats sont beaucoup plus variés et complexes. Chaque héroïne possédant diverses techniques d’attaques différentes. Chaque combat est unique et spectaculaire. D’ailleurs, si vous retirez les combats de ces histoires, il ne reste souvent plus grand-chose.

Les concepts entourant la magie utilisés dans ces séries sont souvent beaucoup plus développés. Des sous-classes de magie sont inventées par l’auteur pour donner plus de profondeur au monde dans lequel les héroïnes doivent affronter leurs ennemies. Prenons simplement l’exemple de Magical Girl Lyrical Nanoha avec les systèmes de rang parmi les magiciens et les limiteurs de magie pour empêcher ceux-ci d’utiliser la totalité de leur pouvoir.

Si vous êtes intéressé par ce sous-genre, je vous recommande ces quelques titres relativement récents : Magical Girl Lyrical Nanoha, Magica Wars, Fate/kaleid liner Prisma Illya et Trinity Seven.

nanoha
Combat beaucoup plus époustouflant

 

Séries sombres / matures

Poursuivons avec un sous-genre qui a connu une montée de popularité fulgurante dans les dernières années grâce à la série Puella Magi Madoka Magica.

Contrairement aux deux sous-genres précédents, celui-ci vise une audience désirant des histoires plus complexes.

Les sujets traités dans ces histoires sont très variés : la mort, l’abus d’enfant, la misanthropie, le concept du libre arbitre, etc.

Les héroïnes ont une espérance de vie beaucoup plus courte, les combats étant souvent plus sombres et sanglants.

C’est un sous-genre qui gagne à être connu alors je vous laisse quelques recommandations : Puella Magi Madoka Magica, Princess Tutu, Selector Infected WIXOSS, Day Break Illusion, Uta Kata.

selector-infected-WIXOSS
Ambiance plus sombre et ensanglantée

 

Séries comiques / parodies

Finissons avec ce sous-genre qui ne se prend pas au sérieux une seule seconde.

Ces séries parodient les histoires de magical girls classiques et sont destiné à un public désirant rire sans trop se casser la tête.

Les combats et les costumes imitent très souvent ceux du sous-genre pour les garçons. C’est à dire des combats à couper le souffle dans des tenus à faire rougir.

Je dois avouer que ce n’est pas le style que je préfère, mais certains titres m’ont fait énormément rire. Alors je vous laisse quelques petites recommandations ici aussi : Is This a Zombie?Invaders of the Rokujyōma!?, Punch Line.

kore-wa-zombie-desu-ka
Parodie d’un gars magical girl avec une scie à chaîne comme arme

 

 

Philippe Ouellet

About Philippe Ouellet

Je suis un passionné de la culture et de la langue japonaise. Que ce soit en parlant d'un manga, d'un anime ou d'un visual novel, j'espère être en mesure de vous partager cette passion avec la même ardeur que celle qui brûle en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *