Pourquoi le Moyen Âge fascine-t-il autant?

Cet automne, la chaîne de télévision Historia nous offre un documentaire inédit sur le Moyen Âge. Loin de s’envaser dans une liste d’épicerie de faits historiques, l’émission Moyen Âge Québec rend compte d’un phénomène beaucoup plus vivant. Chaque été au Québec, l’Histoire s’échappe de sa prison de papier et se transforme en événements festivaliers dédiés entièrement à cette période historique. Chevaliers, Vikings, artisans, musiciens et bien d’autres, s’organisent dans le but de reproduire le plus fidèlement possible la vie au temps des rois et des princesses.

Détrompez-vous, il n’y a pas que les Geeks pure laine ou les amateurs de Donjons et Dragons qui se déguisent en chevaliers ou qui s’adonnent à un art médiéviste. Des centaines de milliers de personnes, dont des avocats, des médecins ainsi que des ingénieurs, consacrent leur temps libre à cette passion, partout dans le monde.

Ainsi, la frénésie autour du Moyen Âge peut être qualifiée de pandémie mondiale. L’univers culturel autour de cette époque fascine, au point de devenir pour certains un culte. À l’appui, la littérature médiévale fantastique et l’heroic fantasy ont toujours connu un succès incroyable. Il suffit de penser au Seigneur des anneaux, au Chevaliers Émeraudes, au monde de Narnia, Conan et à toutes ces gammes de héros plus grand que nature pour comprendre l’ampleur du phénomène. Qui plus est, la grande majorité des contes à la sauce Walt Disney jouent sur un arrière-plan moyenâgeux. Au cinéma et à la télé rugissent de grandioses séries comme Games Of Throne, Merlin et Eragon. Même les jeux vidéo ne font pas exception. Quantité de MMORPG sont calqués essentiellement sur l’univers du Moyen Âge.

À ce propos, pourquoi existe-t-il un engouement notoire envers cette époque de l’histoire en particulier? Pourtant, sur la ligne du temps trônent des âges tout aussi captivants, comme de celle de l’Empire romain, celle de la dynastie égyptienne, sans oublier l’ère des Sumériens ou la période hellénistique. Bien que l’histoire regorge d’époques beaucoup plus riches que celle du Moyen Âge, c’est néanmoins autour de cette parenthèse historique que se tisse une tonne de récits fantastiques. Il est peu commun de voir une célèbre épopée de ce genre germer autour du monde romain. Même la science-fiction s’en imprègne. Les chevaliers Jedi de Star Wars ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres.

Le succès indéniable du Moyen Âge provient de notre profonde méconnaissance de cette époque charnière. Si les romanciers adorent glisser leurs personnages dans cette nature historique, c’est parce qu’ils appréhendent le Moyen Âge comme un âge des ténèbres où s’entrecroisent guerre, famine, peste, inquisition et barbarie, trame de fond idéale pour y construire l’intrigue d’un roman ou film à succès. Il est également vrai que les cours d’histoire dans les écoles tendent à bouder l’étude du Moyen Âge. Hormis un résumé des principes de la féodalité, le système d’éducation au Québec laisse en général beaucoup plus d’espace aux autres périodes historiques comme l’Antiquité ou la Renaissance. Considérant l’âge médiéval comme étant une période primitive à travers laquelle la civilisation a largement régressé et dont notre ignorance collective conduit à un éventail d’anachronismes, l’imaginaire peut alors y creuser son nid comme bon lui semble.

Jacques Le Goff
Jacques Le Goff

Selon l’historien français Jacques Le Goff, le Moyen Âge est tout sauf une période primitive de notre civilisation. Loin d’être un repoussoir de la modernité, il se conçoit comme le ciment de la société occidentale d’où émergent bon nombre de nos créations actuelles, dont la cité, la nation, l’État, l’université, le moulin, la machine, l’heure et l’horloge, le livre, la fourchette, etc. Devant ce constat, la Renaissance devrait changer de nom, car elle n’est pas nécessairement la mère lumière de la modernité. À noter, l’après-Moyen Âge s’est échafaudé à grand coup de fusils, de canons, de bombes et d’effusion de sang, un âge beaucoup plus noir que tous les siècles moyenâgeux réunis. Un citoyen de Londres ou de Berlin pendant la Deuxième Guerre mondiale, devant les ruines et les montagnes de cadavres de son quotidien, aurait eu raison de se croire en plein Moyen Âge. Bref, le Moyen Âge est une époque largement méconnue qui fait l’objet d’un fantasme quasi religieux parmi les amateurs de fantastiques, mais qui n’a rien à voir avec la réalité historique.

Si notre ignorance en ce qui concerne le Moyen Âge permet de créer des histoires magnifiques et inspirantes, en serait-il de même si cette lacune était modulée?

Le documentaire Moyen Âge Québec peut être suivi tous les lundis à 20 h sur la chaîne Historia ou en formant Web sur le site historiatv.com

Source : Jacques Le Goff. Pour un autre Moyen Âge

About LittleSocrate

Je suis d'abord un amateur de science-fiction, de fantastique et de fantasy, que se soit dans la littérature, le cinéma, les jeux vidéos, les mangas ou les animations japonaises. Je voue une passion sans borne à l'écriture. Ma mère dit souvent que je suis né avec un livre dans les mains. Je préférais de loin le calme des bibliothèques à la turbulence des autres enfants. Avant même de savoir lire, je passais des heures à tourner les pages, totalement absorbé par la forme des mots et des phrases. Vers l'âge de 9 ans, j'ai écrit mon premier récit, l'histoire d'une famille perdue en mer. À 13 ans, j'avais déjà dévoré la trilogie du Seigneur des Anneaux. Un peu plus tard, je savais ce que je voulais faire plus tard, écrire.

One thought on “Pourquoi le Moyen Âge fascine-t-il autant?

  1. Genial!! Le moyen age c’est pas mal cool à ce que je lis!! Intéressant cher LittleSocrate, c’est toujours aussi intéressant de te lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *