Retour sur l’édition 2016 du Nadeshicon de Québec

C’est le weekend du premier avril qu’a eu lieu l’édition 2016 du Nadeshicon, un festival de la ville de Québec dédié à la culture japonaise. Nous avons donc décidé de nous déplacer afin de faire un compte-rendu du weekend. Pour cette occasion, je me suis déplacé aux côtés de notre nouveau chroniqueur Philippe Houle-Jacques afin de voir le plus de choses et ainsi pouvoir faire un topo respectable de notre expérience.

À noter qu’en raison de notre décision de dernière minute de participer à l’événement, nous avons décidé d’éviter la prise d’entrevues vidéo et audio afin de nous concentrer sur l’événement et sur ses activités. Pour les prochaines éditions, des entrevues seront également partagées.

Sur ce, brèves de paroles… bonne lecture!

 

Notre arrivée dans la capitale

Afin de pouvoir profiter autant que possible à l’événement, nous avions décidé de nous prendre une chambre dans l’hôtel le plus proche, l’Universel. Quoi que nous ayons eu tout ce donc nous avions de besoin pour nous laver et pour  dormir, il y a une leçon dont vous devrez toujours vous rappeler; “ne faites pas confiance à la technologie d’un hôtel ayant les airs d’un motel”. Les télévisions VisionQuest (probablement une version bootleg chinoise de mauvaise qualité) de l’hôtel n’étaient pas compatibles avec nos ordinateurs par câble HDMI et l’internet a explosé le samedi, rendant l’accès au web impossible. Bref, si vous souhaitez louer une chambre d’hôtel, tentez de viser un minimum de qualité, informez-vous!

Nadeshicon_Hotel_Chambre
La tornade AdG est passée par là.

Se déplacer de l’hôtel vers le festival était un jeu d’enfant et stationner la voiture était également tout aussi facile. Pour le plus grand plaisir des festivaliers, le stationnement sous-terrain de l’université était offert gratuitement à ceux et celles qui avaient une voiture, sans compter les milliers d’emplacements extérieurs non-loin de l’événement. Une fois sur place, trouver les tables d’enregistrement était facile et la file d’attente, respectable. Le document offert aux festivaliers offrait également une carte des lieux pour aider le public à s’y retrouver. Heureusement pour nous, il était assez facile de s’y repérer. Aucune pièce n’était trop éloignée de l’événement et en regardant la carte, nous savions toujours quelle direction nous devions prendre.

 

Les panels et ateliers proposés

S’il y a une chose de bien avec les festivals ayant une thématique unilatérale, c’est que la majorité du contenu qu’on nous propose sera en lien avec le thème en question. C’est d’ailleurs quelque chose qui a pu être observé dans l’horaire de forums, de panels et d’ateliers offerts par l’événement ainsi que les autres fans de culture japonaise. Mis à part quelques petites exceptions, la majorité du contenu offert traitait de sujets en lien avec le monde de l’occident.

Nadeshicon_Panel

Suggestions de séries cultes devant être absolument regardées, une revue des séries animées japonaise de l’année 2015, des discussions sur les films de Miyazaki, des discussions sur les mangas, la présence d’amours interfamiliaux dans le manga, des trucs et des astuces pour costumadiers, discussions sur l’industrie de la musique au pays du soleil levant et j’en passe. Des ateliers intéressants, enrichissants et amusants si vous êtes de grands amateurs de bandes dessinées et d’animations japonaises.

 

Les événements spéciaux

Tout au long de notre fin de semaine, le festival offrait une variété d’événements spéciaux pour ses festivaliers. Spectacles, concerts, concours et autres activités à saveur geek et surtout japonaise. Voici quelques faits marquants;

Le musée One Piece

Le musée One Piece, animé tout le weekend par Le Dok, YouTubeur francophone dédié à l’univers des pirates de la série One Piece. La salle nous offrait une variété de trucs pouvant faire baver n’importe quel fan de la populaire franchise; des calques officiels provenant des studios, des art designs des personnages, des reproductions à l’échelle de certaines scènes marquantes en trois dimensions ainsi qu’une variété de cadres personnalisés pouvant être achetés par les festivaliers.

Nadeshicon_Musee-Onepiece

Se promenant au travers en Amérique ainsi qu’en Europe pour partager sa passion et son impressionante collection avec les amateurs de la série, c’est un homme vrai et amusant qui s’adresse à nous. Je vous conseille vivement d’aller visiter son musée la prochaine fois qu’il sera dans un festival auquel vous participez. :)

L’orchestre du jeu vidéo

Nos amis de l’orchestre du jeu vidéo étaient également invités au Nadeshicon afin de nous offrir un autre spectacle, faisant un medley de leurs meilleurs succès. Deux heures magnifiques à se remémorer nos plus grands souvenirs d’enfance. Pour remercier l’un des organisateurs de l’événement, Maxime Girard, une pièce spéciale a été jouée par les musiciens; une mélodie de la série Guild Wars chantée par la charmante Louise Francoeur (pianiste de l’orchestre). Un moment fort en émotions pour les gens ayant pu assister à la scène.

Nadeshicon_OJV_Concert

Nadeshicon_OJV_Jonathan

Petite anecdote, nous avons eu la chance de voir le chef d’orchestre habituel, Jonathan Dagenais, sur le plancher et jouer d’un instrument. En effet, passant complètement incognito, il a joué de la trompette en laissant la vedette à Sébastien Wall-Lacelle qui servait de chef d’orchestre pour la journée.

Spectacles d’Aimée Blackshleger

L’une des invitées de marque de l’événement était Aimée Blackshleger, une chanteuse et musicienne ayant participé à la création d’un grand nombre de mélodies de jeux vidéo et de séries animées japonaises (Shingeki no Kyokin, Devil May Cry, Aldnoah.Zero, Kill la Kill, etc.). Ces concerts avaient lieu dans le petit amphithéâtre de l’université, la sonorité était bonne et les mélodies superbement interprétées. Chose étonnante, l’artiste a offert trois prestations lors du Nadeshicon, une pour chaque journée. De cette façon, les gens ayant manqué l’artiste avaient plusieurs chances de se reprendre.

Nadeshicon_Aimee

Autres activités spéciales

Bien sûr, il y avait un bon nombre d’activités spéciales proposées aux festivaliers; spectacles de danses folkoriques japonaises animés par la troupe Komachi Montréal, soirée dansante animée par la charmante Aimée, le Nadeshicon Idol (concours de chant), l’habituel Luduc Live, animé par le reporter et son équipe, une démonstration d’arts martiaux, ainsi que l’incontournable mascarade prise en charge par les deux représentantes canadiennes du World Cosplay Summit 2016; Darkanival Butler et Nienna Surion.

 

La salle marchande et le marché aux puces

Comme tous les festivals geek qui se respectent, le Nadeshicon proposait une salle marchande pour les festivaliers qui avaient envie de s’acheter un souvenir quelconque. Malheureusement pour nous, l’expérience avec l’ère marchande a été peu agréable. La salle était très petite et il était très difficile pour nous de s’y promener sans devoir foncer dans une personne arrêtée pour regarder les produits en vente. Étant moi-même de forte taille, j’ai rapidement dû m’éclipser avant de devoir écraser un pauvre otaku. J’ai toutefois pris la peine de regarder les kiosques pour remarquer que les boutiques étaient très similaires, vendant majoritairement des accessoires pour les cheveux, pour la tête ou pour les vêtements (épinglettes, chapeaux, etc.). Sinon, il y avait également le Fanamanga qui offrait de la nourriture japonaise et des bubble teas, mais les files d’attente étaient si longues que j’ai décidé de rebrousser chemin et d’opter pour le dépanneur de l’université.

Nadeshicon_Marchands

Le marché aux puces était, selon moi, beaucoup plus intéressant que la salle marchande. Certes, il y avait un lot d’objets sans intérêts et/ou de mauvaise qualité, mais en bout de ligne, les trucs qui étaient en vente se rapprochaient beaucoup plus des choses auxquelles un festivalier pouvait être intéressé d’acheter; jeux vidéo, mangas, films, jeux de société, livres et autres babioles geek faisaient partie du lot. (D’ailleurs, shoutout au chanceux qui a mis la main sur la copie de Suikoden sur PS1 pour 25 beaux dollars, chanceux, va!) Philippe, qui est entré avec des tonnes de trucs à vendre est sorti avec un peu plus de 600 dollars de vente, et ce, après le pourcentage pris par l’organisation! Seul point négatif? Il faut absolument attendre la fin de l’événement pour récolter l’argent de la vente, c’est un pensez-y-bien.

Nadeshicon_Marche-Aux-Puces

 

Les salles de jeux

Le Nadeshicon proposait deux salles de jeux pour ses festivaliers, une étant située dans une grande salle du rez-de-chaussée et l’autre située dans une petite pièce au fond d’un couloir du troisième étage aux côtés du marché aux puces. Si vous ne saviez pas trop quoi faire lors de l’une des trois journées, les deux pièces pouvaient permettre de remplir le vide temporairement.

La salle de jeux vidéo possèdait une dizaine de consoles de différentes générations, deux tapis pour jouer à Dance Dance Revolution (un classique des congrès geek!) ainsi qu’une 3DO qui prenait la poussière dans son coin, espérant qu’un malheureux prenne la décision de lui donner sa chance. Pour changer les jeux, un préposé avait pour mission d’échanger les cartouches et disques de jeux selon le catalogue qu’il avait dans son inventaire. Pour faciliter la chose, une liste aurait du être attachée sur chaque table afin d’offrir la liste aux festivaliers. J’ai du me promener pour comprendre que les jeux affichés sur les écrans n’étaient pas les seuls  disponibles. Fait intéressant, les consoles de jeux prenaient moins de la moitié de ce que la salle proposait en termes d’espace, plusieurs dizaines de tables étaient laissées là, complètement vides. Quoi que la salle était fonctionnelle et que les télévisions étaient majoritairement toutes occupées, la salle de jeu m’a laissé sur mon appétit.

Nadeshicon_Jeux_01

La salle de jeux de société était, cependant, beaucoup moins intéressante. La table de vente du groupe en charge de la section prenait un peu moins de la moitié de toute l’espace et offrait une variété très faible de jeux de société. Les jeux offerts étaient d’ailleurs peu intéressant pour les groupes de moins de quatre festivaliers; zombie dice, tue fourre marie, l’osti d’jeu, loups-garous et boss monster pour ne nommer que ceux-ci.Pour cette édition, j’ai l’impression que la salle de jeux n’était qu’un prétexte pour vendre des produits au public. Étant un fervent amateur de jeux de société, je dois avouer que j’ai été pas mal déçu, les festivals étant généralement l’occasion pour moi de découvrir de nouveaux jeux; tant solos, compétitifs/coopératifs.

Nadeshicon_TableJeux_01 Nadehicon_TableJeux_02

Pour l’année prochaine, je crois que le festival gagnerait à fusionner les deux salles ensemble afin d’immerser les deux groupes dans une seule et même pièce. De plus, avoir une équipe dédiée à l’animation de jeux de société serait un énorme plus. Je suis certain que c’est le genre de projet qui intéresserait grandement les membres de La Revanche qui ont déjà animé ce genre d’événements dans le passé.

 

Conclusion

Si vous habitez la région de Québec et que vous êtes un amateur de culture japonaise (peu importe sa forme), je peux facilement vous conseiller de vous déplacer pour profiter du Nadeshicon. Les activités proposées respectent majoritairement le thème du festival, la facilité pour trouver nourriture et boissons à prix respectable rapidement, le pavillon de l’université utilisé pour l’événement est facile d’accès tout en offrant beaucoup de places de stationnement, le prix est respectable et vous rencontrerez un bon nombre d’autres geeks passionnés pour partager vos connaissances. Il est certain que l’événement aurait besoin d’améliorer ses salles de jeux ainsi que le fonctionnement/positionnement de sa salle marchande, mais au final, nous avons fort bien apprécié notre séjour dans notre bonne vieille capitale (chambre d’hôtel exclus).

Nadeshicon_Christian

On a aimé :

  • La variété d’ateliers et de forums respectant le thème de l’événement
  • Le concert de l’Orchestre de Jeux vidéo de Montréal
  • Le concert d’Aimée Blackshleger
  • Le marché aux puces a été un succès
  • Le musée One Piece animé par Le Dok
  • L’emplacement de l’événement et le stationnement gratuit

On a moins aimé :

  • La salle de jeux de société était médiocre
  • La salle de jeux vidéo n’était pas très garnie
  • La salle marchande était trop petite et n’offrait pas une bonne variété
Jonathan Gaudreau

About Jonathan Gaudreau

Cela fait maintenant un peu plus de 13 ans que je travaille dans le domaine du jeu vidéo et de l'assurance-qualité. J'ai débuté ma carrière dans l'industrie avec un travail de testeur chez un sous-traitant spécialisé dans le test de jeux vidéos et, rapidement, mon expertise sur le monde des médias interactifs, ainsi que mon expérience en assurance qualité s'est approfondie. Encore aujourd'hui, je continue de jouer régulièrement et me tient à jour sur les jeux de l'heure, et ce malgré tout ce temps passé devant des consoles à écrire des milliers de bogues. Aujourd'hui, je travaille activement pour devenir concepteur de jeux et je me ferai un plaisir de partager avec vous mes trouvailles et connaissances. C'est une merveilleuse aventure qui nous attend...

One thought on “Retour sur l’édition 2016 du Nadeshicon de Québec

  1. J’aimerais confirmer que la salle au 3ieme étage avais eu comme demande de présenter des tournois de CCG et non de jeux de société. Du a la demande on a dû retourner à Montréal en chercher dernière minute :).

    Je suis d’accord de merger les deux salles et je suis plus qu’ouvert aux suggestions.

    Nous n’étions en aucun cas une salle de jeu de société. Sinon nous en aurions amené beaucoup plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *