5 scènes de films qui ont traumatisé mon enfance

Quelques films ayant réussit à traumatiser mon enfance

Être un enfant, c’est s’émerveiller facilement, mais c’est aussi avoir peur de tout et de rien! Quand on est à un âge où tout nous impressionne, il est normal d’en garder des souvenirs vifs des années plus tard. Et parfois, on en garde aussi des peurs totalement insensées ; les clowns ne nous apparaissent plus amicaux, on s’imagine des requins dans la piscine, on croit que chaque bourrasque de vent sur la maison est une future tornade ou que l’araignée dans le coin du plafond va nous bouffer dans notre sommeil. Voici donc les scènes qui ont clairement traumatisé mon enfance, celles qui m’ont le plus fait peur!


1. Ernest Scared Stupid (1991)

Vieux film de monstre comédie
Le fait que le monstre explose suite au baiser ne doit pas avoir aidé à me calmer.

L’un de mes plus vieux souvenirs! Ce n’est que récemment que j’ai pu retrouver le nom du film qui m’avait tant troublée chez ma grand-mère. Je ne me rappelais de rien de ce film, à part un vague souvenir d’une forêt et d’un monstre qui embrassait un homme. Le filet de bave qui s’échappait de ce baiser m’avait laissée dans une terreur sans nom. J’avais quitté le salon et rejoint ma mère en criant. Une recherche google m’a confirmé que je n’avais pas rêvé cet événement et que le film existait vraiment! L’avez-vous déjà vu? Ce n’est pas un film très connu.


2. Jurassic Park (1993)

Introduction Jurassic Park victime vélociraptor
Voyons papa, à quoi tu pensais?

La première fois que mon père a voulu me montrer ce chef-d’œuvre, j’avais 5 ans et j’étais juste un peu trop jeune. Je n’ai même pas passé la scène d’introduction avec le vélociraptor dans sa cage, dès que je l’ai entendu gronder, j’ai eu peur. Sans compter la scène où l’acteur se fait brasser de bas en haut de la cage qui m’a juste laissé en pleurs. Par chance, cela ne m’a pas laissé une peur indescriptible des dinosaures et ce film reste l’un de mes préférés!


3. Le Masque (1994)

Stanley Ipkiss porte le masque pour la première fois
Avouez que ce bout-là est creepy.

Laissant de côté les films d’action où des gens se font manger, mon père s’est dit qu’un film humoristique serait préférable à regarder avec sa petite fille. C’était sans compter le moment où Stanley Ipkiss, le personnage principal, a commencé à se faire sucer la face par le masque. Il y avait quelque chose de très choquant pour moi à le voir se débattre (on commence à voir un pattern de mes peurs ici) et, le crescendo musical n’aidant en rien pour apaiser mon angoisse, je n’ai pas fini le film.


4. Power Rangers, le film (1995)

Le film entier de Power Rangers
Vous pouvez maintenant revoir ce chef-d’oeuvre sur Youtube. Ne me remerciez pas. Non, vraiment.

J’étais un peu plus vieille lorsque j’ai regardé les Power Rangers, ces ados tellement cools qui parlaient en bougeant leurs bras. Je n’ai donc pas abandonné le visionnement du film comme je l’avais fait avec les précédents, mais il faut dire que Power Rangers m’a marquée par son utilisation d’une glue mauve dégueulasse et, surtout, par le fait que les parents de la ville étaient contrôlés par cette glue maléfique. Disons que j’ai fait plusieurs cauchemars où mes parents, contrôlés par une quelconque force du mal, voulaient me tuer.


5. Indiana Jones et le temple maudit (1984)

Coeur arraché dans Indiana Jones et le temple maudit
Une scène intense.

En grandissant, pendant l’adolescence, je n’ai jamais regardé de films d’horreur et j’évitais les films avec des scènes de violence trop intenses. Cette scène vous paraîtra donc peut-être anodine, mais elle fut pour moi la cause de plusieurs réactions physiques : sueur froide, frissons, palpitations cardiaques, tremblements… bref, les symptômes d’une peur telle que je ne pouvais détacher mes yeux de cet homme qui plongeait la main dans le corps d’un autre pour en retirer son cœur ensanglanté.


En conclusion

Un psychanalyste trouverait bien intéressant ces exemples de ma peur de la perte de contrôle, explicitée dans la majorité de ce top 5, mais ce n’est heureusement pas le sujet de cet article! Et vous, quels films vous ont laissé des souvenirs cuisants?

About Ariane Brisson

Ariane découvrit son premier manga, Marmelade Boy, dans la cour de son école primaire. La deuxième série qu'elle dévora, de style légèrement différent, fut Dragon Ball, dont elle emprunta tous les tomes à son cousin (merci Ben!). Bercée par de nombreuses séries (À la croisée des mondes, Harry Potter, Pokémon, DUGPDCV, Radio-Enfer, Sakura Chasseuse de cartes, Mégabogues, Redwall et mille autres), elle se lance dans des aventures écrites qui resteront dans son tiroir et des études littéraires (une maîtrise à l'UQÀM) d'une utilité douteuse.