Top 10 des séries d’animation japonaise de l’été 2015

Comme d’habitude, voici mon petit top 10 de la nouvelle saison d’animation japonaise. Celui-ci est basé sur les bandes-annonces, les premiers épisodes et mes goûts du moment.

 

Akagami no Shirayuki-hime (Snow White with the Red Hair)

akagami-no-shirayuki-himeStudio d’animation : Bones

Voici mon petit coup de cœur de ce début de saison estivale. Il s’agit d’une histoire dont l’inspiration est tirée du conte bien connu de Blanche-Neige. Mais attention, ne vous attendez pas à une reproduction du conte de la jeune princesse vivant avec des nains et tombant endormie après avoir mangé une pomme empoisonnée. On remarque seulement l’inspiration par de légères blagues et des situations communes au conte.

L’histoire raconte la vie Shirayuki, une jeune pharmacienne travaillant avec différentes herbes trouvées dans les bois. Jusqu’au jour où le prince du royaume lui ordonne de devenir sa maîtresse, intrigué et charmé par ses cheveux d’une couleur inhabituelle rappelant le rouge des pommes. Étant fugueuse et intrépide, Shirayuki préfère prendre la fuite plutôt que de se laisser acheter par ce prince aux mœurs légères. Après une course au travers des bois, elle arrive près d’une demeure qui semble abandonnée aux premiers abords. Y rencontrera-t-elle des nains. Ou autre chose encore?

Bref, une petite histoire romantique au parfum de conte pour enfants qui nous fera sûrement passer un très bon moment au cours de la saison.

 

Charlotte

charlotteStudio d’animation : P.A. Works
Nombre d’épisodes : 13

Continuons avec une série qui était attendue avec beaucoup d’impatience par tous les fans de Jun Maeda. Celui-ci étant reconnu pour ses œuvres, notamment Clannad, Angel Beats et Little Busters qui ont su faire verser de nombreuses larmes à plusieurs personnes.

Fidèle à son habitude, nous avons le droit à une histoire se déroulant dans une école. Mais vous l’aurez sûrement deviné, ce n’est pas une école ordinaire. Il s’agit d’un établissement où se retrouvent les personnes avec des facultés hors du commun comme la téléportation, l’invisibilité ou la télépathie.

Dès le deuxième épisode, on se rend compte que Jun Maeda nous prépare une histoire qui nous fera de nouveau verser toutes les larmes de notre corps.

Alors, ceci est une excellente recommandation si vous aimez le style dramatique.

 

Gangsta

gangstaStudio d’animation : Manglobe
Nombre d’épisodes : 12

Changeons complètement de style avec une série où règnent les mafieux, les yakuzas, les brigands, les prostituées et les policiers corrompus.

L’histoire se déroule dans la ville de Ergastulum, paradis des brigands. Nic et Worick, deux frères d’armes, se chargent des petits boulots dont personne d’autre ne désire se charger. Qu’il s’agisse de policiers qui veulent se débarrasser de personnes un peu trop influentes ou d’une vieille dame qui veut des videurs pour faire sortir des clients un peu trop persistants, s’il y a de l’argent à faire, les deux confrères sont les premiers à répondre à l’appel.

Une série noire que beaucoup apprécieront.

 

Gakkou Gurashi! (School-Live!)

gakkou-gurashiStudio d’animation : Lerche

Ne connaissant rien de cette série et n’ayant pas lu de résumé avant d’écouter le premier épisode de Gakkou Gurashi, je fus complètement déstabilisé par la fin. Le générique était fini depuis presque qu’une minute déjà et j’étais encore devant mon téléviseur, le cerveau complètement déconnecté.

La dernière fois que j’ai été déstabilisé par une série d’animation à ce point, ce fut probablement lors de la mort de Mami dans le troisième épisode de Madoka.

Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre pour la suite de la série, mais juste pour avoir réussi à me marquer à ce point, je vais suivre celle-ci au cours de la saison avec beaucoup d’impatience.

Je n’en dis pas plus pour vous laisser le plaisir de découvrir par vous même ce premier épisode d’une bizarrerie surprenante. J’ai hâte d’avoir vos commentaires, vos réactions.

 

Shimoneta to Iu Gainen ga Sonzai Shinai Taikutsu na Sekai (SHIMONETA: A Boring World Where the Concept of Dirty Jokes Doesn’t Exist)

shimonetaStudio d’animation : J.C. Staff

Poursuivons avec une série beaucoup plus légère. Celle-ci est probablement celle qui m’a fait le plus rire de tout mon top 10.

Nous nous retrouvons dans un univers où le Japon a banni tous les mots vulgaires depuis plusieurs années, sous peine de lourdes sanctions. Donc, les jeunes ne peuvent plus parler de sexe, ni même regarder des revues pornographiques. Plusieurs ne savent même plus comment faire des enfants.

Fais alors l’apparition d’une héroïne (ou terroriste) qui revendique le droit de pouvoir crier des mots obscènes en faisant pleuvoir des cartes avec des images érotiques.

Le personnage principal de l’histoire aura pour mission de faire cesser les actions “terroristes” de cette jeune fille avec l’aide d’une autre fille à lunette toute gênée…

Bref, une comédie qui ne se prend pas au sérieux une seule seconde.

 

Gate: Jieitai Kanochi nite, Kaku Tatakaeri (GATE)

gate-jieitai-kanochi-nite-kaku-tatakaeriStudio d’animation : A-1 Pictures
Nombre d’épisodes : 24

Ayant reçu de très bons commentaires à propos cette série médiévale fantastique par des amis ayant lu l’histoire originale, j’attendais celle-ci avec beaucoup d’impatience.

Après avoir été attaqué par des chevaliers aux allures moyenâgeuses ayant traversé une barrière entre deux dimensions, le Japon décide de riposter en envoyant une petite armée au travers de cette même barrière. Guidé par Youji, un soldat et un incontestable otaku, le petit régiment découvrira un monde très différent avec des êtres fantastiques comme des dragons, des elfes et autre.

Bien que, jusqu’à présent, l’armée japonaise semble avoir un net avantage technologique dans cette autre dimension, les autres pays comme les États-Unis n’attendent que leur défaite pour pouvoir s’approprier cette barrière et ainsi pouvoir conquérir ces nouvelles ressources pour eux-mêmes.

 

Durarara!!x2 Ten

durarara-x2-tenStudio d’animation : Studio Shuka

Voici maintenant le temps de présenter le deuxième arc de la deuxième saison de Durarara. Bien que le premier arc m’ait légèrement déçu, j’ai décidé de donner une autre chance à celle-ci.

L’histoire continue exactement où la précédente avait terminé. Nous retrouvons les mêmes personnages, essayant de vivre une vie aussi paisible que possible dans le quartier de Tokyo nommé Ikebukuro.

Que ce soit en vacance d’amoureux avec une fille sans tête, au bras d’une fille au visage refait ou dans un restaurant de sushi russe, l’action ne manque jamais à Ikebukuro.

Voyons voir si ce deuxième arc réussira à me redonner une meilleure estime de cette seconde saison.

 

Working!!! (Wagnaria!!!)

working-third-seasonStudio d’animation : A-1 Pictures

Déjà une troisième saison pour Working! Mais qui aurait pu prévoir un troisième opus de cette comédie de situation mettant en scène un groupe de personnes, tous plus excentriques les uns que les autres, travaillant dans un petit restaurant familial?

On retrouve la serveuse ayant une peur bleue de tous les hommes, une autre serveuse traînant toujours un katana à sa ceinture, une patronne désabusée de la vie, une jeune employée vivant dans le grenier du restaurant, une senpai toute mignonne avec un léger complexe sur sa taille et bien d’autres personnages horripilants.

Le premier épisode de la saison semble nous prouver que la série a gardé le même style d’humour qu’on avait adoré lors des saisons précédentes. Alors, celle-ci est une excellente suggestion pour les amateurs de la série.

 

Kangoku Gakuen Prison School (Prison School)

kangoku-gakuen-prison-schoolStudio d’animation : J.C. Staff

Est-ce que cette série se déroule dans une école? Ou bien dans une prison? Ou les deux, c’est-à-dire dans une prison située au milieu d’une école?

L’histoire commence tranquillement quand un petit groupe d’amis décide d’essayer de filmer dans le vestiaire des filles. Malheureusement pour eux, cette école est un peu particulière et les punitions sont gérées par un groupe de jeunes filles sadiques. Ils sont donc condamnés dans une petite prison au milieu de la cour d’école à effectuer des tâches diverses sous la supervision de leurs jolies gardes.

Une performance remarquable de la part de la doubleuse Kana Hanazawa, qui réussit avec brio à passer d’une voix douce et angélique à une voix colérique en un instant.

 

Dragon Ball Chou (Dragon Ball Super)

dragon-ball-chouStudio d’animation : Toei Animation

Je place ce titre à la toute fin de ma liste, car je n’ai malheureusement pas réussi à trouver une source légale pour écouter le premier épisode en dehors du Japon.

Mais je sais pertinemment que cette série légendaire intéressera les jeunes et les moins jeunes. Qui ne veut pas retrouver Goku, Gohan, Vegeta et les voir affronter des ennemis encore plus puissants que les précédents?

Philippe Ouellet

About Philippe Ouellet

Je suis un passionné de la culture et de la langue japonaise. Que ce soit en parlant d'un manga, d'un anime ou d'un visual novel, j'espère être en mesure de vous partager cette passion avec la même ardeur que celle qui brûle en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *